à Paris, mi-janvier 2014

IMGP4232Sillonner les quais et profiter des larges trottoirs parisiens. Surprendre un peu de ciel bleu. Contempler les fines branches des arbres.
❇❇❇
IMGP4234Rester un brin sur sa faim à l’exposition “Un moment si doux” de Raymond Depardon au Grand Palais (jusqu’au 10 février 2014) : elle est un peu “courte, mais j’ai été captivée par plusieurs clichés, ces deux là en particulier :
20140119_160238
Beyrouth, 1991
20140119_162726
Ethiopie, 2013
❇❇❇
20140119_204246
Se régaler (les crêpes chez Ti Jos sont toujours un délice et l’ambiance y est bien agréable) ; être captivée par un film gourmand et dépaysant (The Lunchbox) à un horaire fort matinal et du coup profiter d’une salle peu remplie.

❇❇❇
IMGP4248
Etre très très agréablement surprise par la qualité de l’expo “Brassaï : Pour l’amour de Paris” à l’Hôtel de Ville (jusqu’au 8 mars 2014!)
❇❇❇
20140119_183216

Aller dans une librairie anglaise (WH Smith). “Pépiter” des yeux devant le nouveau livre de Chris Riddell : Goth Girl and the Ghost of a Mouse et ne pouvoir lui résister.

❇❇❇

IMGP4254 IMGP4240Aller à la galerie Maeght… ça faisait tant de temps que je voulais y aller!

Entendre un client dire “c’est pour une acquisition” et le monsieur derrière le comptoir – caisse – bureau de répondre : “c’est 15000″ (Euros). Sourire.

Moi, j’ai trouvé les premiers livres de Julie Safirstein et je n’ai pu résister à l’un d’eux (pour beaucoup moins cher ;-) ).

❇❇❇

IMGP4243Découvrir la boutique Deyrolle et repartir avec les calendriers 2012 et 2013 bradés. Je vais réutiliser les images et les afficher dans l’appartement…

(Paris vs Marseille – début décembre 2013)

Paris, 1er décembre 2013

Marseille, 3 décembre 2013

(Paris – Marseille. Guirlandes vs ciel bleu)

(un week-end à Paris)

Week-end (n.m.) À peine le temps d’un tout petit voyage.

Extrait du “petit Gibert illustré”, Bruno Gibert. Albin Michel jeunesse.

IMGP8243 IMGP8266 IMGP8260

Il a fait bien bleu ce week-end à Paris // J’ai retrouvé là-bas de très chouettes libraires //

IMGP8275 IMGP8284 IMGP8304 IMGP8331

On a brunché (au Pain Quotidien) // On a pique-niqué (aux Tuileries) // On s’est régalé à la maison de l’architecture au sens propre comme au figuré (les nouveautés de fin d’année chez Albin Michel jeunesse sont alléchantes et le buffet juste après était irrésistible :-) ) //

2013.07IMGP8340

J’ai été chez Shakespeare and Company et y ai découvert de belles nouveautés (The Hueys in It wasn’t me, Oliver Jeffers ; Wild, Emily Hugues ; Seaside, Alain Grée (Button Books) ; The day the crayons quit, Oliver Jeffers) // L’ambiance aux Halles était infernale mais j’ai bien aimé voir des photos de Doisneau exposées

IMGP8287 IMGP8293

Paris en pop-up

IMGP6996IMGP6994

  • Paris compte 6000 rues, 100000 arbres et 2 millions de pigeons.
  • Notre-Dame accueille 30000 visiteurs par jour.
  • Le musée d’Orsay renferme la plus grande collection d’œuvres impressionnistes au monde.
  • Le Grand Palais a été construit pour l’Exposition universelle de 1900.
  • Le jardin du Luxembourg a été créé par Marie de Médicis en 1612.
  • La cloche du Sacré-Cœur pèse presque 19 tonnes, c’est une des plus grosses de France.

Toutes ces infos et beaucoup d’autres sont contenues dans le très (très) bel album pop-up et documentaire PARIS d’Arnaud Roi (l’ingénierie papier est réalisée par Camille Baladi et Arnaud Roi. Ils forment tous deux le studio Up Up Up) et Sylvie Bessard (à l’illustration) qui sort cette semaine chez Milan (24,90 euros).

Quelques images :

IMGP6984IMGP6988IMGP6986IMGP6993Et 1 vidéo :

(à Paris début mai #3 : “L’Ange du bizarre” au Musée d’Orsay)

2. L’Ange du bizarre au Musée d’Orsay

IMGP6842 L’Ange du bizarre, le Romantisme noir, de Goya à Max Ernst réunit quelques 200 œuvres : peintures, dessins, estampes et sculptures, de la fin du XVIIIème siècle jusqu’au début du XXème siècle. Il y a également des extraits d’une douzaine de films datant de l’entre-deux-guerres.

IMGP6843Le romantisme noir est un courant de l’art occidental. Il désigne un pan de la littérature et des arts plastiques qui s’est développé à partir des années 1760-1770.

Le romantisme noir met en évidence la part d’ombre, d’irrationnel et d’excès qui se dissimule sous l’apparent triomphe des lumières de la Raison. Il se nourrit des inquiétudes des temps de crise et propose d’y répondre par l’imaginaire (pour en savoir plus, on peut consulter le PDF du dossier de presse de l’expo).

Comme on fait son rêve, on fait sa vie.

Victor Hugo

Les œuvres de Francisco de Goya, Johann Heinrich Füssli, William Blake, Eugène Delacroix, Adolphe William Bouguereau, Victor Hugo, Caspar David Friedrich, Arnold Böcklin, Théodore Géricault (avec la première esquisse du Radeau de la Méduse), Salomé de Moreau, Carlos Schwabe (j’ai flashé sur le tableau La Mort et le Fossoyeur), Franz von Stuck, Paul Ranson, James Ensor, Alphonse Mucha, Odilon Redon, Salvador Dali, Max Ernst, Hans Bellmer, Paul Klee (et j’en oublie tant…) se succèdent dans une belle enfilade de salles doucement éclairées. Des citations ponctuent les cartels informatifs (en nombre suffisant et longs juste ce qu’il faut).

La forêt est là et me regarde et m’inquiète et m’attire comme le masque d’une momie. Je regarde. Pas l’ombre d’un œil.

Blaise Cendrars

***

L’Ange du bizarre est une très belle expo et elle se poursuit jusqu’au 9 juin 2013 (et je vous conseille de réserver vos billets, il y a beaucoup-beaucoup de monde!) dans le splendide musée d’Orsay (5 Quai Anatole France dans le 7ème à Paris).

***

(et nous avons été également voir l’expo Chagall Entre Guerre et paix au Musée du Luxembourg mais c’était plein comme un oeuf et du coup presque désagréable… Les cartels étaient bien trop sommaires… Bref, je ne la conseille pas!)

(à Paris début mai #2 : “Dans la peau de Hundertwasser” au Musée en Herbe)

1. L’expo Hundertwasser au Musée en herbe

2013.05 Hundertwasser a vécu de 1928 à 2000. Il était peintre et architecte ; écologiste et philosophe. Il n’aimait pas les lignes, il voulait des courbes et des spirales.

La spirale signifie à la fois la mort et la vie. En partant du centre de la toile, on va de la naissance à la mort qui se trouve aux extrémités du tableau et inversement.

Pour Hundertwasser, nous avons cinq peaux. La 1ère est l’épiderme, viennent ensuite les vêtements, la maison, l’environnement social et l’enveloppe planétaire.

IMGP6760

Hundertwasser aimait les maisons (il n’aimait pas les maisons rectilignes, c’est comme si elles étaient malades. Hundertwasser les guérit en y rajoutant de la couleur, des formes et de la rondeur) et les fenêtres (pour lui, chaque habitant devrait avoir le droit de peindre sa fenêtre de la couleur qu’il veut) ; les arbres (il concevait des appartements pour les arbres dans les immeubles car ils apportent beauté et oxygène) ; la nature et la pluie (pour lui, la pluie rend tout plus beau : l’eau fait briller les couleurs!) ; les timbres (ils relient les hommes) ; les vêtements (à bas les vêtements tous pareils ! “L’uniformité de l’anonymat du vêtement traduit chez l’homme le renoncement à l’individualisme, à la fierté de porter une seconde peau créative, originale, différente des autres.”) et les chapeaux (il estimait que les chapeaux rendent les personnes plus belles et plus fortes).

IMGP6747

J’aime le fait qu’il défendait le beau pour tous : petit ou grand, riche ou pauvre, chacun a droit à la qualité et à la beauté.

***

J’ai terriblement aimé cette expo. J’ai découvert par la même occasion le génial Musée en herbe et son chouette espace librairie, Le petit Baz’art. Sylvie Girardet et Claire Merleau-Ponty ont créé le musée en 1975 avec l’idée de permettre aux enfants d’accéder à l’art et à la culture. Elles ont écrit 80 livres (notamment la collection Salut l’artiste à la RMN) et réalisé près de 70 expositions depuis.

***

Le Musée en herbe,

c’est au 21 rue Hérold

dans le 1er arrondissement à Paris!

***

(à Paris début mai #1)

à Paris début mai…

IMGP6839 IMGP6824IMGP6780

IMGP6756 IMGP6852 IMGP6867

on va voir des expos (Dans la peau de Hundertwasser au Musée en herbe ; L’Ange du bizarre au Musée d’Orsay

et Chagall Entre Guerre et paix au Musée du Luxembourg),

IMGP6816 IMGP6786on mange des crêpes (chez Ti Jos) et on se promène au Père-Lachaise,

IMGP6857 IMGP6807et il y a un peu de bleu (mais plus souvent de la pluie!).

Retour sur une semaine de vacances 1 # à Paris

La Tour Eiffel était bien là et les couleurs de l’automne aussi.

J’ai beaucoup aimé visiter le musée des arts déco. On a fait un passage par l’amusante expo des jouets de Star Wars avant d’aller faire un voyage à travers les siècles.

L’étage des chaises m’a particulièrement plu (avec notamment la Tulip Chair d’Eero Saarinen, le Fauteuil Lounge Chair 670 et repose-pieds Ottoman 671 de Charles et Ray Eames, le Fauteuil Œuf 3317 et repose-pied 3127 d’Arne Jacobsen) !

L’expo Paris vu par Hollywood à l’hôtel de ville donne envie de regarder plein de vieux films…

Parcourir Montmartre est toujours agréable, même sous le ciel gris.

Chez Chloé S., on boit du thé Kusmi pour accompagner de bons gâteaux et on écoute de la musique provenant d’un cochon qui a une bonne tête, le tout dans un environnement très rose.

L’expo Edward Hopper au Grand Palais est juste exceptionnelle…

A bientôt Paris…

Inventaire parisien #2

lundi matin à Paris, la maison de l’architecture où avait lieu la présentation des nouveautés Albin Michel jeunesse de la fin d’année was the place to be!

quel régal de retrouver les copines, Bauchette et , Soizic et Vanessa, Eliabar, elles étaient toutes là! j’ai pris quelques clichés du power-point que passait La Blonde : Pomelo et la grande aventure, les gourmandises d’un prochain atlas, Quatre filles de Nine Antico, la fille du Samouraï (le prochain Bernard et Roca)… j’en oublie mais que c’est bon de s’enthousiasmer sur les beaux projets et de fantasmer un brin sur ces prochaines sorties!

   Pomelo et la grande aventure, Atlas de la France gourmande, Quatre filles.

Pour se remettre de ces émotions, il y avait un très joli -et excellent!- buffet… puis elle nous a rejoint et une promenade postprandiale en groupe vers le canal Saint-Martin a commencé. On a pu apercevoir Mathias Malzieu, on a fait des emplettes chez Antoine & Lili, on a souvent craqué pour les mêmes articles et on est reparties vers les diverses gares parisiennes avec nos jolis sacs…