Les Petits Chaperons rouges de Joanna Concejo aux éditions Notari

P1040182 P1040183Ce n’est un Petit Chaperon Rouge qu’on trouve dans cet album mais deux!

En ouverture, il y a un texte de Jacques-Pierre Amée, le petit-petit-petit-fils de Charles Perrault. Puis on découvre la version de Charles Perrault avant de passer à la version des frères Grimm. C’est Joanna Concejo qui signe les illustrations de l’album dans son entier. La traduction des deux textes est de Charles Deulin et date de 1879 (éd. Dentu) : c’est donc un retour aux origines de ces textes. Voici un extrait de chaque, juste pour se remettre dans l’ambiance car même si l’héroïne et l’histoire sont archi-connueq, il est rare aujourd’hui d’avoir à faire au texte original.

En premier, Perrault :

Le Loup se mit à courir de toute sa force par le chemin qui était le plus court ; et la petite fille s’en alla par le chemin le plus long, s’amusant à cueillir des noisettes, à courir après des papillons et à faire des bouquets de petites fleurs qu’elle rencontrait.

Pour suivre, Grimm :

Le loup pressa la clenche, la porte s’ouvrit, et le rusé, sans dire un mot, alla droit au lit de la grand’mère et l’avala. Puis il passa ses vêtements, mit ses coiffes, se coucha dans le lit et ferma les rideaux.

Le petit Chaperon avait continué de chercher des fleurs. Quand elle en eut tant cueilli qu’elle n’en pouvait porter davantage, elle repensa à la mère-grand et se remit en route.

(que j’aime, mais que j’aime l’illustration placée en face de cette page, l’image du loup est terrible! – on la voit un peu plus bas.)

P1040193 P1040195 P1040197

***

Le texte est parfois en page de gauche et parfois en page de droite et l’illustration placée en face. L’illustration peut aussi occuper une double-page, et même plusieurs doubles-pages de suite – j’aime particulièrement l’enchaînement de 3 doubles dans la version des Grimm. La mise en page de l’album n’est pas « prévisible », il y a une vraie liberté qu’on ne peut qu’apprécier!

Il y a à la fin de l’album comme un bonus (un peu comme la plage cachée d’un album CD) : la repro photo en double-page d’une broderie de Joanna Concejo, *Little Red Riding Hood*. Cette broderie est superbe et clôt merveilleusement l’album! Notons pour finir que la fabrication est soignée comme toujours chez Notari. Ce Petit Chaperon Rouge est un très bel objet!

P1040198La broderie Little Red Riding Hood

Pour toutes les images : copyright Joanna Concejo, Notari, 2015.

On peut voir d’autres images sur le site de Notari et sur le blog de Joanna Concejo.

Le Petit Chaperon Rouge de Perrault et des frères Grimm avec des illustrations de Joanna Concejo est paru aux éditions Notari.

Aux antipodes avec Guillaume Guéraud et Bertrand Dubois…

IMGP8030

Dans cet album, il y a Balthazar, Vladimochka, Ronald, Pearline, Najuat, Mitsuko et Ryad.

Ils habitent aux antipodes les uns des autres. Ryad vit sur une île, Mitsuko habite une immense ville, Osaka ; Najuat vit sur la banquise…

  IMGP8031IMGP8032

Balthazar, Vladimochka, Ronald, Pearline, Najuat, Mitsuko et Ryad ne se connaissent pas.

(…)

Ils ne se rencontreront jamais.

A moins que… A moins qu’une histoire soit inventée !

IMGP8034

Plusieurs doubles-pages splendides de Bertrand Dubois prennent alors toute la place, il n’y a plus de texte. Le bleu du ciel et le bleu de la mer ne font qu’un et un petit wagon (train/téléphérique?) relie tous les espaces de la Terre. Tout serait alors possible, les montagnes ne seraient pas des obstacles ; on rejoindrait facilement les îles, les villes et la banquise ; Balthazar, Vladimochka, Ronald, Pearline, Najuat, Mitsuko et Ryad pourraient être ensemble, dans « une histoire qui ne tiendrait pas debout », mais qui est bien dans nos mains avec cet album.

Le texte de Guillaume Guéraud est court et percutant… Que j’aime ces histoires-là! les histoires qui dépassent les frontières et se jouent des distances, qui donnent envie de vivre des choses impossibles et remplissent le cœur de belles espérances et de « pourquoi pas? »… Les illustrations de Bertrand Dubois sont quant à elles un régal pour les yeux et l’imaginaire. Guillaume Guéraud / Bertrand Dubois : voilà une belle alliance!

.

Les antipodes de Guillaume Guéraud et Bertrand Dubois. Notari. 21 euros.

encore un peu de neige…

Aujourd’hui, place à un abécédaire. J’aime terriblement les abécédaires! Dans celui-ci, Marion Fayolle fait preuve d’une grande originalité doublée d’une élégance peu commune…

Jugez plutôt : à gauche, une lettre suivie d’un nom commençant par ladite lettre. Jusque-là, tout est normal. A droite, le mot retenu est détourné et mis en scène de manière inattendue et intelligente.

Ainsi, pour le G, le mot goutte est retenu. Sur la page de droite, une splendide grappe composée de 16 gouttes figurant les raisins occupe la feuille blanche.

Un autre exemple : pour le N, nappe est retenu. A droite, on trouve des montagnes surmontées de nappes figurant la neige.

copyright Marion Fayolle, Notari, 2012.

Le travail de Marion Fayolle est d’une très très belle qualité, tant dans la forme que dans le fond. Notari édite là un album pas commun qui mérite le détour !

.

NAPPE comme NEIGE de Marion Fayolle. Notari. 15 euros.

Sophie Van der Linden et la Soupe de l’espaceaiment aussi.

histoires d’animaux… #3 « il laisse une fenêtre ouverte, pour que la chatte puisse sortir. »

Un enfant, le narrateur de cette histoire, observe la chatte de son voisin Alexandre. Celui-ci n’est pas là durant la journée et Chandelle va ici et là, d’étage en rebord de fenêtre avant d’aller jouer avec l’enfant.

copyright Maria Titos, Notari, 2012.

Les illustrations ont un charme un peu ancien, c’est très doux, délicat… (j’aimerais bien les mêmes cubes que l’on voit à la fin!) et met à l’honneur l’attention et l’observation de l’enfant.

.

Une chatte pas comme les autres de Daniel Nesquens et Maria Titos. Notari. 14 euros.

.

« Ce que mes yeux ont vu » chez Notari

D’ordinaire, dans les albums qui se veulent recueils ou catalogues de pensées/de mots/de moments, les propositions retenues sont humoristiques ou issues de bons souvenirs, bref, ce sont des choses remarquables. Pas forcément dans le sens d’exceptionnelles mais parce qu’on les estime « à ne pas oublier », « à retenir ».

Ici, l’auteur propose un catalogue de choses improbables, auxquelles on ne prête pas attention, des choses parfois agaçantes ou qui pourraient paraître sans intérêt si l’on ne s’y arrête pas.

Quelques exemples en images :

pour toutes les images : copyright Guido Scarabottolo. Notari. 2012.

Et en mots :

Personnes qui ne pensent pas à l’avenir

Anges déchus

Mots jamais prononcés

Chaussures démodées

Moyens de transports en panne

Immeubles jamais construits

Nez fermés

C’est un catalogue différent… on peut établir toutes sortes de collections et l’auteur invite à étendre le regard, à reconsidérer ce que l’on peut juger remarquable.

.

Ce que mes yeux ont vu de Giovanna Zoboli et Guido Scarabottolo. Notari.

« A-t-on besoin de connaître les choses clandestines qui habitent le ciel et les cœurs amoureux ? » ((6ème caillou))

.

Ils habitent chacun d’un côté de la rue qui ne se traverse pas. Ils s’observent.

Ils s’aimaient. Ils croyaient s’aimer. Ils s’aimaient peut-être.

les moineaux sont leur seul lien et puis un matin…

(…) un matin, ils n’étaient plus là, postés à leur fenêtre, comme depuis tant d’années.

De ce matin-là, parole d’oiseau, je ne sais rien de plus.

Ont-ils enfin compris qu’homme ou moineau, l’équilibre est le même : il suffit de savoir s’appuyer sur le vide.

Le vacarme d’une vie est un battement d’aile !

Leurs 2 fenêtres ouvertes sont…

comme une œuvre achevée, l’aboutissement. Ou comme une toile neuve, le commencement. Impossible de dire.

Et à vrai dire, quelle importance.

A-t-on besoin de connaître le secret des moineaux ?

A-t-on besoin de connaître les choses clandestines qui habitent le ciel et les cœurs amoureux ?

Quel album !

Difficile de rendre la beauté des illustrations sur des photos (pour voir des illustrations, allez sur le site de Notari!), difficile de rendre justice à ce texte si fin… Comment aller au devant de l’autre, comment oser faire le premier pas, comment risquer d’être rejeté… ? et la beauté indicible de la rencontre et de l’amour partagé… Cet album est splendide et je ne saurais trop vous le recommander!

.

La rue qui ne se traverse pas d’Henri Meunier et Régis Lejonc. Notari. 18 euros.

« Ils s’aimaient. Ils croyaient s’aimer. Ils s’aimaient peut-être. »

(…) homme ou moineau, l’équilibre est le même : il suffit de savoir s’appuyer sur le vide.

.

La rue qui ne se traverse pas de Henri Meunier et Régis Lejonc. Notari. 18 euros.

« Le coeur d’une maman est lié au coeur de chacun de ses enfants par un fil très fin, presque invisible. »


« Le coeur d’une maman, ce n’est
pas seulement un muscle qui bat sans arrêt…

C’est un lieu magique dans lequel
se produisent les choses les plus extraordinaires. »

A chaque fois qu’il se passe
quelque-chose dans la vie de son enfant, le coeur d’une maman vibre,
pâlit, se recroqueville de peur, explose de joie, et subit 1000
autres états. Une maman et son enfant sont indissociables, voilà
ce que nous dit ce magnifique Coeur de maman.

Poétique « Les jours de
pique-nique, le coeur d’une maman est un petit oiseau. »
,
féroce « Le coeur d’une maman est un volcan (en éruption!)
quand son enfant fait une grosse bêtise… »
, mais
toujours à fleur de peau… cet album est un petit bonheur à lire
en famille, ou en tête-à-tête avec son enfant que l’on soit maman
ou papa,
seul, petit ou grand, cet album saura j’en suis sûre vous serrer le
coeur!

Voilà le 1er livre des éditions
Notari
dont je parle ici, je connaissais déjà le très beau Ange
des chaussures
de Joanna Concejo. Cette petite maison d’édition
suisse, Notari, est à suivre de très très près, je suis complètement
d’accord avec Jean!

Coeur
de maman de Isabel
Minhõs Martins et Bernardo
Carvalho. Editions Notari.
 
13
euros.