décembre 2013

2013.12 exporter1 exporter2Il fait plutôt doux en ce mois de décembre. Le marché de Noël sur le Vieux- Port à Marseille est très beau cette année (et les macarons au speculoos que l’on peut trouver dans l’un des stands sont très très miam!)… J’ai découvert Pilote tout récemment et lu une histoire de Noël du Petit Nicolas dans le numéro du 14 décembre 1961.

A la librairie, depuis des semaines, l’ambiance est pressée-pressée – drôlement affairée… bref, ultra – fourmillante. Je conseille des beaux doudous (S. Servant ; I. Green chez Didier J), des Corbidouille (à l’école des loisirs), des cousins Karlsson (K. Mazetti chez Magnier) et des Witty (Albin Michel) à tour de bras. Je montre les pop-up, je répète, je ferme les couvertures pour les rouvrir aussitôt. Mes piles de trésors s’amenuisent vitesse grand V. Ce que je vois le matin à 10h n’y est plus à 11, je rempile, je change les titres… A un moment, c’est 9h56 et un tout ptit peu après, c’est 19h17 et le magasin n’est toujours pas fermé, les derniers paquets cadeaux de la journée sont en cours. Il y a des retours des clients super chaleureux, “merci, vous m’avez sauvé la vie” ; ceux qui viennent une fois par an, ceux que l’on voit tout au long de l’année et les voeux : “bon bout d’an“, “A l’an que ven!”, “rendez-vous en 2014 et passez de belles fêtes!

Quelques écureuils…

ecureuilsdans Un Noël d’écureuil de Ghislaine Roman et Bruno Pilorget chez Milan.ecureuils1dans L’anniversaire de l’écureuil de Toon Tellegen et Kitty Crowther chez Albin Michel jeunesse (malheureusement épuisé!).

20131220_224603

dans La nature, Marion Billet chez Gallimard jeunesse.

20131220_224929dans Insectes Superstars, illustré par ALE + ALE chez Actes Sud Junior.

Au détour des centaines de livres que je brasse chaque jour, je souris quand je découvre un nouvel écureuil… j’en ai encore tout un tas à montrer, mais là, on est dimanche matin et la librairie ouvre dans presque 1h alors j’y retourne :-)

Vive les écureuils, vive les histoires et belles fêtes à vous ;-)

(fin décembre)

Tous les matins depuis le 25 décembre, j’ouvre une surprise de mon calendrier de l’après (merci Virginie!!). La semaine dernière, quand je n’étais pas à la librairie, j’ai ouvert des paquets. Plein de paquets. J’ai fait mon puzzle Arbracadabra. Et puis des origami. De la sérigraphie aussi.
Joué avec des cubes.
Je me suis drapée avec ma nouvelle couverture rouge à pois blancs et on m’a nommée la coccinelle. On mange des sablés dé-li-cieux. Et plein d’autres bonnes choses. Il fait étonnamment doux dehors. J’ai regardé Breakfast at Tiffany’s avec la même émotion que la toute première fois.
Samedi soir, on a mangé des crêpes. Et regardé Drive.
Je ne m’attendais pas du tout à ce que j’ai vu. J’ai tellement aimé que j’ai dit swoush à la fin.
Hier soir, on a passé en revue les photos de l’année et toutes les villes où on est passés. Toulouse, Biarritz, Montpellier, Caen, Rouen, Alençon, Bordeaux, Paris, Bruxelles, Montréal, New-York, Boston…
Comme toutes les fins d’année depuis que je suis petite, je me pose la question de savoir ce qui se passera l’an prochain…
En attendant, je vous souhaite une belle fin d’année :-) !
.

“Have yourself a merry little Christmas”

20121223-094012.jpg

20121223-094042.jpg

20121223-094058.jpg

A la librairie, il y a plein de monde et on conseille pleiiiin de livres. J’aime bien quand les personnes me sourient et me regardent dans les yeux en disant “passez de joyeuses fêtes” ou “bon Noël” ou toute autre jolie formule. Jeudi, j’ai commencé à recevoir des cadeaux! Vendredi, c’était la folie à la librairie mais la fin du monde n’a pas eu lieu et j’ai dégusté une part de carrot-cake trop trop miam en écoutant “a merry little christmas” au Green Bear Coffee (1 nouveau place-to-be marseillais). Samedi est passé en 1 éclair fulgurant. J’ai encore conseillé des livres ce dimanche et demain, je recommence. Et ensuite…

photo de mon Griottine 2 reçu cette semaine

… je vous souhaite un très joyeux Noël!

“On peut être mort Sans avoir disparu!”

Arthur est orphelin. Il a 7 ans, il est extrêmement riche et a tout ce dont il peut rêver mais il s’ennuie. Spectacles de clowns ou de magiciens, rien n’y fait…

« Mais quelle attraction

Pourrait consoler

Un cœur orphelin ? »

Arthur s’ennuie avec les humains. Les vivants. Quand Arthur déclare vouloir inviter des morts pour le prochain réveillon, le majordome lui indique que « les morts étant morts, (…), Ils sont tout à fait Injoignables », ce à quoi l’enfant répond avec fort à-propos « On peut être mort Sans avoir disparu ! ». Non mais.

Des morts sont donc conviés au réveillon et Arthur les sommera de révéler les secrets de la Mort et de la Vie mais ils ne pipent pas mot. C’est l’apparition un peu plus tard de ses parents qui va réconcilier Arthur avec la vie…

Grâce à leur apparition, Arthur ira se coucher, rassuré. L’enfant les entend, il se souvient… ses parents sont encore là, dans son cœur, pas loin.

Quel album, mais quel album !

C’est noir mais pas macabre. C’est triste mais pas larmoyant… Il y a de la fantaisie à la (Tim) Burton, de la noirceur à la (Edward) Gorey. Et quelle fin, quel espoir dans le regard de l’enfant avant qu’il s’endorme… car oui, « On peut être mort Sans avoir disparu ! ».

Quelle audace tant dans les textes que dans les illustrations… J’en suis sans voix. Derrière ce réveillon pas comme les autres, la mort et le souvenir sont abordés de manière profondément justes. Et peu importe l’argent car rien ne vaut l’amour.

Voilà encore une sortie exceptionnelle chez Grasset !

.

L’étrange réveillon de Bertrand Santini et Lionel Richerand. Grasset jeunesse. 13,50 euros.

.

“Le Père Noël a son sac troué, ohé ohé! Les jouets sont tout éparpillés, c’est la grande fête de Noël.” ((14ème livre-caillou))

Trois petits Noëls est un coffret qui contient 3 petits livres (Le pantalon bondissant ; Le frigo des lapins ; Dans le sac du Père Noël) : 3 petits bijoux, 3 petites histoires d’une belle délicatesse qui mettent en scène 3 enfants (Makoto, Kasumi et Reitchan) et leurs parents au moment de Noël.

© Akiko Hayashi. L’école des loisirs. 1988.

Les 3 histoires mettent à l’honneur tour à tour chacun des enfants de la fratrie.

Le pantalon bondissant est l’histoire d’un pantalon pressé de rejoindre la fête de Noël… Makoto, son propriétaire, joue! Alors le pantalon s’en va… et Makoto lui court après. Les retrouvailles auront lieu devant le sapin :-)

Le frigo des lapins est l’histoire d’un gâteau de Noël avec 3 fraises, une pour Makoto, une pour Kasumi, une pour Reitchan. Il en manque donc 2 pour Maman et Papa… Kasumi part à la recherche de fraises en plein hiver et en trouvera auprès d’une famille lapin.

Dans le sac du Père Noël est l’histoire du Père Noël qui sème les cadeaux que contient son sac! Heureusement, Reitchan est là pour les récupérer.

Il y a dans le ton des histoires comme dans les illustrations une grande douceur et en même temps une tendre espièglerie… Ça me rappelle les aventures de la famille Souris (Kazuo Iwamura, l’école des loisirs) et celles des lapins de Beatrix Potter (disponibles chez Gallimard Jeunesse). Ce petit coffret était épuisé depuis pas mal d’années et c’est une belle idée que de l’avoir ressorti! Dès 3 ans.

.

Trois petits Noëls de Akiko Hayashi. L’école des loisirs. 14,50 euros.

L’avis de Sophie Van der Linden!

“Léon rêve aux grands voyages qu’ils feront peut-être ensemble si le cirque reprend la route. Ca lui plaît d’avoir tout cet espoir dans sa nouvelle maison.”

(extrait de Le plus grand des petits cirques d’Aurélia Grandin, photographies de Fred Chapotat. Rue du monde.)

Aujourd’hui, on est le 11 décembre, j’ai mis involontairement un pied (chaussé) dans la Méditerranée, le ciel était bien bleu et la mer brillait, le sapin est en place dans mon salon, j’ai relu 2 albums d’Aurélia Grandin : Le théâtre en carton (Didier Jeunesse) et Le plus grand des petits cirques (Rue du monde) et c’est une énième confirmation : j’adoooore ce qu’elle fait (je vous parle de ces 2 albums très vite!).

Cette semaine va sortir un film que j’attends impatiemment, Hugo Cabret, tiré du roman de Brian Selznick disponible en français chez Bayard : L’invention de Hugo Cabret.

Plus que 14 jours avant Noël, que je vais passer en grande partie à la librairie. Pour ceux qui savent où me trouver, c’est avec plaisir que je recevrai votre visite ;-)

“potok, potok, potok / plitch, plitch, plitch / platch, platch, platch / plapata, plapata, plapata” ((10ème caillou))

Le fermier prépare le repas du réveillon. La poule (potok, potok, potok), le chat (plitch, plitch, plitch), la vache (platch, platch, platch) et l’âne (plapata, plapata, plapata) ne veulent pas être mangés ! Ils se réunissent…

potok, potok, potok

plitch, plitch, plitch

platch, platch, platch

plapata, plapata, plapata

… et s’enfuient! Ils ont froid, ils courent… et voient de la lumière au loin! Ils vont vers la petite maison d’où vient la lumière. La maison est habitée par une petite grand-mère qui est toute triste et qui rêve en cette veille de Noël d’avoir une vache qui lui donne du lait, un âne pour l’accompagner, une poule dans son poulailler et d’un chat pour la réchauffer…

La grand-mère accueille avec force joie et sourires ces 4 animaux et ils ne se sont plus jamais quittés !

© Andrée Prigent, Didier Jeunesse, 2011.

Voilà un nouvel album dans la collection “à petits petons” de Didier jeunesse qui permet d’aborder Noël de jolie manière! Ce conte est très bien construit, avec un texte savoureux de Praline Gay-Para et les belles linogravures d’Andrée Prigent… C’est à raconter aux petits dès 3 ans !

.

Quatre amis dans la neige de Praline Gay-Para et Andrée Prigent. Didier jeunesse, 11 euros.

1 week-end à Paris #2

sur le boulevard Haussmann, les Galeries et le Printemps ; les Champs-Elysées.

outre le salon de Montreuil, il y a eu ce week-end une promenade parmi les illuminations parisiennes. J’ai bien aimé les lumières des Galeries Lafayette, mais les poupées de chiffon rock n’roll m’ont plutôt fait peur ; les Champs-Elysées n’ont rien de rare et les 160 cabanes n’ont à mon avis rien à voir avec la magie d’un marché de Noël à Strasbourg (c’est ce qu’annonçait un site…) mais c’était sympa quand même.

Il y a eu aussi des crêpes pour marquer le coup de quelques 2 ans et 9 mois, et puis des bébés-madeleines…

je suis revenue le sac fort lourd et l’esprit plein de beaux souvenirs, l’appareil comptait plus de 200 photos… c’était un beau week-end de 2 jours!