((I hope you had an amazing and lovely sunday too))

IMGP2848 IMG_6424 IMGP2851 IMG_6440 IMG_6442 IMGP2804 IMGP2791sous le soleil de Gruissan // dans la grande roue à la fête foraine // L’Arche de Noé d’André Hellé chez Circonflexe (et un scoubidou) // l’âne d’André Hellé dans son Arche de Noé // de la mer, une trop bonne crêpe et une sublime coupe de glace

Avec des petites filles de 4 et 5 ans, on prend le soleil // on va à la fête foraine // on lit l’Arche de Noé (André Hellé, Circonflexe) le dimanche matin (l’âne et le cheval avaient carrément la cote!) (“oh, tu as vu comme il fait le beau le cheval?”) après avoir fait des câlins et des bisous pour se réveiller // je réapprends à faire des scoubidous et on mange des crêpes suivies de coupes de glace… ah, c’était un beau week-end!

(1 jeudi à Marseille : savon, dentelle, cookie et filet de pêche)

IMGP7016J’ai commencé mon jeudi par la découverte du paquet extra-pantastique de Bauchette! J’ai été épatée par la multiplicité des paquets et de leurs contenus fort bien choisis, merciiii encore à toi ;-)

***

J’ai continué avec la lecture du volume du Guide du mauvais père de Guy Delisle. Je me suis bidonnée aussi souvent que je me suis dit “mais il est horriiiible!” /// J’ai écouté la chronique sur France Info du blues du libraire et j’ai pas rigolé /// Je me suis évadée avec 4 super adresses Internet parlant toutes des Etats-Unis. 1 avec des voyages (A restless Transplant), 1 avec des photos et les blogs de 2 françaises installées aux Etats-Unis, l’une à Los Angeles et l’autre à Boston. Je pense à notre prochaine destination estivale (road trip Chicago – Denver) et je commence à lister ce que je veux voir/visiter/photographier.

***

IMGP7098

IMGP7041 IMGP7054

On a fait une grande balade en bord de mer et en centre-ville. On a vu le plus gros savon de Marseille, on a été voir l’émouvante expo photo Personnages avec qui ont vit et on a pris le soleil.

IMGP7097 IMGP7095

IMGP7078-001 IMGP7073-001

J’ai photographié des filets de pêche puis le MuCEM. Sa dentelle me plaît.

***

 IMGP71162013-05-09

On a testé un nouvel endroit où l’on peut déjeuner – bruncher – goûter, bref manger : le BasBag (contraction de BAr à Salade, BAr à Goûter). L’accueil est super, c’était super bon (après nos salades composées (par nous-mêmes, c’est ça le concept), on a pris en dessert les cookies au Kinder et au speculoos/chocolat blanc et ils sont très-trop bons !). Bref, on y a passé un bien bon moment : Marseille a un nouveau place-to-be !

***

J’ai commencé en fin de journée Demain j’arrête! de Gilles Legardinier et j’en ai lu les ¾ presque d’une traite. C’est drôle, original, émouvant, j’ai été happée dès le premier chapitre (et j’en ai oublié de lancer la machine à laver que j’avais préparée), bref, j’adore ce roman… Il me reste juste 70 pages mais je file travailler… bon vendredi à vous! ;-)

“je voyagerai partout. J’irai ici. J’irai là. J’irai là-bas. J’irai partout.”

Extrait de Ligne 135, de Germano Zullo et Albertine. La Joie de lire.

.

Des animaux du Funny Zoo ont investi le Vieux-Port. La vue sur la mer est bien dégagée.

En ce moment, je suis trèèès speculoos : dans mes soupes (avec du sésame sur le dessus) (je mets des Bastogne de Lu dans mes soupes à la carotte et c’est trop trop miam!), en dessert (glace Le Spéculos, avec brisures de spéculos, chez Picard) et jusque dans la salle de bain (je me suis offert le gel douche Douche Macaron – Spéculos de Christophe Felder… mmmhhh!).

Je relis beaucoup en ce moment. Ma vallée, L’arbre sans fin (Claude Ponti), Matilda (Roald Dahl), L’omelette au sucre (JP Arrou-Vignod).

Dernières découvertes fort appréciées : Ligne 135 (La Joie de lire), Gatsby le magnifique (Gallimard) et La guerre des Lulus (Casterman) m’ont beaucoup plu (Yulenka parle très très bien des Lulus ici!).

(note : en ce moment, j’ai jamais mon appareil photo sous la main et j’ai la flemme d’aller le chercher alors mes clichés sont pas super jojos, tant pis. et puis j’ai hâte que la côte que j’ai bêtement fracturée ne le soit plus parce que c’est pas drôle d’avoir mal!)

et bonne semaine à tous ;-)

(revenir de vacances)

après 3 semaines au Canada et aux Etats-Unis, je me remets ces derniers jours doucement à l’heure marseillaise. J’ai repris le chemin de la librairie mais l’ambiance vacances se prolonge grâce aux cigales qui chantent, au soleil et à la chaleur. C’est agréable que la ville soit encore calme avant la rentrée qui arrive à grands pas…

Hier, avec ma maman, on a pris de la hauteur dans des quartiers qui me sont encore méconnus à Marseille et on a pris un joli coup de bleu ; on a senti l’odeur des pins et trempé nos pieds dans l’eau bleue turquoise…

…pour finir par un yaourt glacé super-miam (la Yogurt Factory est une chouette adresse!)

(un joli week-end)

ce week-end, il y a eu un superbe spectacle de Zemanel à la librairie (vous pouvez écouter La chanson de Moussa sur son site). Ses bruitages sont excellents et les ombres chinoises de toute beauté…

…il y a eu aussi des crêpes au caramel salé, au sucre, à la chantilly et avec des framboises.

une jolie lune photographiée depuis le Vieux-Port,

la mer, scintillante ou bleue turquoise, un peu de bateau et beaucoup de soleil,

de la lecture (Nom de code digit à La Martinière fut une excellente surprise!), un sac ressorti du placard (clin d’oeil à Matisse : l’ours de ton tee-shirt est aussi sur mon sac!) et un sac Nat et Nin pour lequel j’ai eu le coup de foudre mais le prix me fait réfléchir… des pieds dans l’eau et des tergiversations concernant un déménagement potentiel qui n’aura sans doute pas lieu… bref un bon week-end pour repartir du bon pied!

“Sur ton cahier, tu as écrit que dimanche et cet été tu irais nulle part… Mais… Si tu avais le choix, tu aimerais aller où?”

C’est l’histoire de Johnny qui adore aller à la bibliothèque… non pas pour les livres qu’on y trouve mais pour le voyage en bus qui les y conduit, ses camarades et lui. Ce jour-là, la bibliothécaire lit “en sortant de l’école” (le poème de J. Prévert) et Johnny va faire comprendre que pour lui, ce texte, c’est vraiment n’importe quoi. La bibliothécaire tente de lui expliquer ce qu’est la poésie, l’imagination… mais Johnny a bien du mal avec tout ça. Lui, il n’est jamais allé à la mer, il en rêve mais c’est trop loin, c’est à 503 km précisément et ça serait trop cher d’y aller… quoique… C’est au détour d’un exercice de français qu’il a à faire le soir même que les parents de Johnny prendront la décision d’emmener leurs enfants à la mer et de leur offrir un peu d’évasion.

Le texte est chargé d’émotion, c’est parfois poignant mais jamais larmoyant, au contraire : l’écriture de Jo Hoestlandt est vive, ancrée dans le quotidien et invite à la rêverie aussi. Les illustrations de Jean-Pierre Blanpain sont très urbaines et correspondent bien à la personnalité du héros…

pour toutes les images : copyright Jo Hoestlandt et Jean-Pierre Blanpain. Oskar, 2012.

Bref, “Je veux aller à la mer” est top! J’ai a-do-ré! Voilà un excellent nouveau titre dans la collection Trimestre. A conseiller dès 8-9 ans.

.

Je veux aller à la mer de Jo Hoestlandt et Jean-Pierre Blanpain. Oskar (Trimestre). 13,95 euros.

((les bons instants du week-end #2 : un lundi dans les environs de Montpellier))

Le Pic Saint-Loup s’est fait désirer (faut dire qu’il était fort mal indiqué dans le guide vert de Montpellier!) mais une fois arrivés, thym et genêts (merci maman de m’avoir aidée à leur mettre un nom!) se sont laissés photographier.

copyright Marc Boutavant, l’école des loisirs, 2012.

A Palavas, on a fait le premier vrai pique-nique de bord de mer de l’année. J’ai lu des ptits romans avec le bruit des vagues au loin. j’ai lu à voix haute Le géant et le gigot (de Christian Oster, l’école des loisirs, collection Mouche) (et c’était apparemment pas trop désagréable de m’écouter dixit monsieur gaëlle) ; j’ai terriblement aimé La princesse aux petits doigts (de Colas Gutman avec des illustrations de Marc Boutavant, l’école des loisirs, collection Mouche) ! J’ai ramassé des coquillages…

et crocheté quelques carrés dans les embouteillages sur la route du retour (j’en compte 22 maintenant!)

et pour finir, j’ai trouvé un oeuf en rentrant hier soir, miam… que c’est bien, les week-end de 2 jours!

“Cosmo n’est plus seul maintenant. Alors tout est possible…”

Giulia et Cosmo sont amis depuis tout un tas d’années. Elle habite sur le continent et lui sur l’île, cette île merveilleuse où ils passent leurs étés réunis.

Cosmo pense à la lettre qu’il a reçue aujourd’hui.

C’est une lettre de Giulia, elle arrive demain.

La petite fille vit sur le continent et

passe tous les étés sur l’île.

Pour la première fois, Giulia vient en hiver.

Giulia est l’amie de Cosmo.

Ses copains se moquent de lui.

Ils lui disent qu’un jour elle restera

sur le continent.

Elle ne reviendra pas et elle l’oubliera.

Pour toujours…

Mais Cosmo ne croit rien à ces racontars.

Il ne croit que ce qu’il vit.

Et il languit chaque fois que l’été

n’arrive pas plus vite.

Cosmo ne veut pas penser aux on-dit dont on l’accable, il préfère se souvenir du délice des étés passés avec son amie…

Les deux enfants nagent, nagent…

Loin, très loin…

Ils nagent vers les îlots rocheux,

vers les bateaux isolés, le long de la côte.

Ils grimpent sur les rochers pour

sauter dans la mer.

Leur corps est cuivré. Le soir, la peau tire.

Le sel colle, le soleil a brûlé.

 

La tête sous l’eau.

Le corps en immersion.

Ils cherchent.

Les poissons, les coquillages,

les étoiles de mer.

Même s’il a confiance, Cosmo est fébrile le matin où Giulia doit arriver… mais la petite fille arrive comme prévu. Elle a une grande nouvelle à lui annoncer. Une nouvelle qui vient à l’encontre de tous les racontars. Une nouvelle qu’il a du mal à réaliser tellement elle est belle. Une nouvelle qui fait que Cosmo n’est plus seul maintenant. Alors tout est possible…

 —

Cette amitié est plus forte que la distance et que le temps qui passe. L’amitié entre Giulia et Cosmo est juste splendide…

Les mots d’Anne Cortey forment une vague que l’on lit d’une traite, comme en apnée. Ce rythme est assorti à l’histoire de cette amitié exclusive. Les illustrations de Vincent Bourgeau sont fortes et évoquent parfaitement la vie en bord de mer. On est comme en immersion avec les enfants.

Sur l’île est un très bel album célébrant l’amitié, l’enfance, la vie et la mer…

(à conseiller très très largement à partir de 5-6 ans)

.

Sur l’île d’Anne Cortey et Vincent Bourgeau. Le Baron Perché. 14,90 euros.

-Pour toutes les images : copyright Vincent Bourgeau, Le Baron Perché, 2012.-

« Tu vis dans cette … « bulle », à l’abri de tout…

Méfie-toi, la réalité est tout autre…

Tu dois grandir et protéger ceux que tu aimes à présent. »

Extrait de la BD le viandier de Polpette d’Olivier Milhaud et Julien Neel. Gallimard.

(cette BD est absolument excellente et oui, j’en parlerai plus cette semaine!)

(ci-dessus, 1 des 200 photos de ce week-end qui fût doux et ensoleillé)