“Un livre est comme un ami”

Autrement propose avec LIVRES la traduction d’un livre qui n’a pas moins de 51 ans (il est sorti en 1962 aux Etats-Unis !) et dont la fraîcheur est toujours vive.

Pour toutes les images : copyright John Alcorn. Autrement, 2012.

Un livre, c’est un mélange de surprises, d’émotions, de savoirs, qui t’apprend ce qu’est grandir, et aimer, et toutes les autres choses importantes de la vie.

Un livre, c’est (parmi tout un tas de choses !)… des pages avec des lettres qui forment des mots, il peut y avoir des images aussi ! Les mots (rigolos, heureux, épineux… il y en a de toutes sortes !) peuplent les pages des livres, et les livres habitent les bibliothèques.

Il faut saluer la dernière page de LIVRES qui, de l’auteur au lecteur, replace tous les acteurs du livre de manière toute simple et rapide.

LIVRES est un petit bijou vintage aux couleurs détonantes qui est une belle déclaration d’amour ❤ au livre et c’est bien pour tout le monde !

 

Un livre est comme un ami : quand tu le lis, tu te sens proche de lui. Certains livres sont comme des amoureux.

On dirait qu’ils disent JE T’AIME

C’est pas beau ça??

.

LIVRES de Murray McCain et John Alcorn. Autrement. 11,50 euros.

Note : LIVRES est le premier titre de la nouvelle collection Vintage chez Autrement. La collection accueillera des trésors d’ailleurs méconnus en France. Vivement les prochains!

La Soupe et Fantasia aiment aussi !

NON à la TVA sur le livre à 7%!!!

L’Assemblée nationale rejette un retour de la TVA à 5,5 % sur le livre

Les députés de droite ont repoussé les trois amendements proposant de repasser à 5,5 % la TVA sur le livre, au lieu des 7 % applicables au 1er avril.

Il faut se mobiliser, vous pouvez dire non : affiches, cartes de vœux et cartes postales intitulées « Menace sur le livre » ont été dessinées par Sempé et sont à adresser au président de la République!

Pour en savoir plus : retour sur la campagne Sempé, 1 article sur ActuaLitté.

“Un bon libraire est un libraire vivant.”

Affiche réalisée par les associations Libraires à Marseille et Libraires du Sud

à lire : l’édito sur la page d’accueil du site des librairies indépendantes de Marseille et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur

le débat sur le passage de la TVA à 7% sur le livre continue -et au-delà de ça, la survie du métier de libraire!

vous trouverez ci-dessous les liens vers 3 articles parus dans Libération hier.

.

De la protection du livre

Tribune | 27/12/2011 | Par HÉLOÏSE D’ORMESSON Editrice, SYLVIE GOUTTE-BARON Directrice de la Maison des écrivains et de la littérature (MEL), FRANCIS GOUX Ancien libraire, JEAN-YVES MASSON Ecrivain, traducteur, RÉGIS PECHEYRAN Industriel, gérant de librairie, YANNICK POIRIER Libraire

Des rencontres à la page

Tribune | 27/12/2011 | Par FRANCESCA POLLOCK Psychanalyste et traductrice

Sale temps pour les libraires

Tribune | 27/12/2011 | Par ARNAUD ORAIN Professeur d’économie à l’Institut d’études européennes (université Paris-VIII)

non à la TVA sur le livre à 7%!

Je relaie ici un message paru sur le blog de l’association des librairies spécialisées jeunesse. Ecrivez à votre député, ça ne vous demandera que 5 minutes au maximum!!

Le projet de loi de finances rectificative, voté en ce moment à l’Assemblée nationale et au Sénat, met en place la nouvelle TVA sur le livre à 7 %. Elle était de 5,5 % jusqu’alors.
Alerté par l’ensemble des professions du livre, l’Etat commence à prendre conscience des risques que cela fait peser sur toute la chaîne du livre.
Le livre est un produit de première nécessité, l’affirmer à nos députés et sénateurs est vital alors qu’ils auront mercredi 7 décembre, dans le cadre de leur commission mixte paritaire, le pouvoir de proposer un changement de la loi.

Nous vous invitons à leur adresser cet appel :
“Madame, Monsieur, nous comptons sur votre appui pour que l’Assemblée et le Sénat s’opposent à l’application de la TVA à 7 % pour le livre. Cela menace toute la chaîne du livre. (imprimeries, éditions, librairies, bibliothèques) sur tout notre territoire”.

Pour rechercher le député de votre circonscription, cliquez ici :

http://www.assemblee-nationale.fr/qui/

(apprendre et s’amuser!)

apprendre plein de choses sur l’histoire du livre, c’est sur le site de la BNF!

—————

Cruschiform signe un très très chouette livre méli-mélo : Ré-créatures chez Gallimard jeunesse-Giboulées.

le livre Ré-créatures

(le lien d’une vidéo qui vous montre en vrai comment ça marche en tournant les pages!)

Sur le site de Cruschiform, il y a un super jeu pour faire ses propres bonshommes grâce à quelques clics de souris!

voilà quelques-unes de mes réalisations matinales et juste en cliquant là, vous avez le lien direct pour jouer vous aussi!

« C’est un livre » et « Un cadeau » sont dispo en français!

A l’époque où l’ordinateur prend une place de plus en plus importante dans nos vies, où l’on passe de plus en plus de temps devant nos écrans… voilà LE livre qui permet de remettre les choses en perspective et de réaliser que l’imaginaire n’a pas besoin de grand chose pour fonctionner!

Dingue de nouvelles technologies, l’âne n’aura pas besoin d’électricité ou d’écran dans cette aventure : il va découvrir le plaisir de lire un livre. Il est très méfiant au départ et notamment fort étonné qu’un tel objet ne nécessite pas de mot de passe ou de souris, on le sent un brin déçu qu’on ne puisse pas l’utiliser en wi-fi ou qu’il ne fasse pas de bruit comme son ordinateur. Il y a juste des pages à lire et à tourner, une histoire dans laquelle rentrer et des aventures imaginaires à découvrir… et il va se laisser emporter! oui le livre sera le plus fort!! et la chute de l’album est juste extra, mais je ne raconte pas tout!

En anglais, le titre est It’s a book. C’est signé Lane Smith et édité par Roaring Brook Press.

en France : C’est un livre, de Lane Smith. Gallimard jeunesse, 11 euros.

La Soupe de l’espace l’aime également!

***

Le 2ème album s’intitule The Present en anglais. Signé Bob Gill et édité originellement par Corraini en Italie, il a été édité par Chronicle Books aux États-Unis et arrive en France chez (Les Grandes Personnes) ce mois-ci!

Un cadeau est posé sur une étagère dans le placard. Il est emballé. Arthur a vu le paquet, il sait qu’il est pour son anniversaire. Tout au long de l’album, on voit les rêves et souhaits du petit garçon. Il imagine des jouets divers, rêve de célébrité, fantasme sur plusieurs possessions qui ne pourraient que le rendre heureux, il en est sûr… bonbons, cerf-volant, télé….

La porte d’entrée de la maison sonne, une dame collecte des jouets pour les enfants pauvres… Que va faire Arthur de son paquet?…

Cet album est une merveille de sagesse et le texte n’est pas du tout moralisateur, il montre juste que le partage est une belle valeur.

Le cadeau de Bob Gill. (Les Grandes Personnes), 15 euros.

“un livre, c’est un moment de partage”

Un livre, ça sert à quoi? Voilà l’excellente question que pose cet album qui sort cette semaine chez Alice jeunesse.

Le texte est court, c’est en fait un recueil de réponses comme “un livre, c’est un coin de tranquillité” ou “un livre, ça fait grandir”. La magie de cet album vient de l’alchimie parfaite entre ces phrases courtes et les illustrations pleines d’humour de l’auteur-illustratrice! Les images sont en effet pleines d’impertinence et viennent illustrer au sens propre  comme au figuré les textes. (Une de mes pages préférées est assurément celle où la petite soeur envoie un drôle de projectile sur son frère qui va se protéger avec un exemplaire de « de la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête », grand classique de la littérature jeunesse!)

Un livre, ça fait rêver, ça explique, ça protège, ça permet de grandir. Un livre, c’est de la peur, de la joie, des rires… Un livre, ça peut se lire en compagnie de quelqu’un! Un livre, c’est fait par plein de gens différents, et pourquoi pas par l’enfant lui-même?? La dernière double-page est une superbe invitation à la création!

Les références littéraires sont nombreuses. On voit comme je disais plus haut “de la petite taupe qui voulait savoir…, mais aussi sa majesté des mouches, Robinson Crusoé, les contes pour enfants pas sages et tant d’autres…

Pour résumer, cet album est un régal! Il se lit vite mais il se reprend un nombre de fois incalculable tant les détails dans les illustrations sont riches de sens.

Pour finir, je trouve qu’Un livre, ça sert à quoi? vient à point nommé en cette année où l’on entend partout parler de livre électronique et autre dématérialisation de la littérature. Mais à mon sens, l’objet-livre est essentiel et cet album vient parfaitement illustrer ceci : tourner les pages, se délecter de l’odeur du papier, se cacher derrière un grand album… voilà ce que permet le livre!

Un livre, ça sert à quoi? de Chloé Legeay. Alice jeunesse. 13,90 euros.

“je suis allée à la bibliothèque du quartier. J’ai demandé Fifi Brindacier, le livre…

et une bibliothécaire m’a indiqué où le trouver.”

Yi Bieub est coréenne et est en primaire. Elle vit seule avec sa mère. Elle n’a pas de papa, il est mort quand elle était petite.

Yi Bieub nous parle de sa vie, de son quotidien pas toujours drôle avec sa maman, de son école et de ses amis, et surtout de sa rencontre avec les livres de « madame Lindgren » comme elle se plaît à l’appeler. Elle visionne un jour le film de Fifi
Brindacier
et apprend qu’il y a un roman. Elle va à la bibliothèque et le lit d’une traite. C’est le coup de foudre, Yi Bieub se met alors à collectionner les livres de la fameuse auteur suédoise.

« J’en ai tellement envie de ces livres! Ne pas les acheter alors qu’ils se trouvent là, sous mon nez, ce serait aussi cruel que de me refuser un verre d’eau quand je meurs de soif. »

La petite fille se sent proche de Fifi Brindacier et de tous les héros d’Astrid Lindgren. Ceux-ci vont accompagner la petite héroïne, lui insuffler de nouvelles envies, elle se met à écrire à l’auteur et rêve de devenir sa traductrice coréenne attitrée quand elle sera grande. Astrid Lindgren va lui permettre aussi de rencontrer celle qui va devenir une de ses meilleures amies, une libraire qui va lui donner une oreille attentive, du réconfort quand elle est triste, et va lui permettre de réfléchir à ses bêtises…

Yi Bieub découvre la magie de la littérature et de l’imaginaire, des rêves qu’insufflent les héros et les histoires : « depuis que j’ai découvert les livres de Mme Lindgren, je me surprends de plus en plus souvent à rêver. Comment faire autrement? C’est plus fort que moi! Mon imagination ne veut rien entendre : elle n’en fait qu’à sa tête!

Tout de même, il y a un avantage à rêver autant : je n’ai plus l’estomac noué en permanence, comme avant ; je m’ennuie moins et je me sens moins seule aussi. Et surtout, quand je rêve, je me sens tellement heureuse que j’ai l’impression de flotter sur un nuage. »

Au cours du roman, on sent bien l’évolution et le parcours de Yi Bieub. La littérature et les livres  lui permettent de grandir. Quand elle apprendra le décès de son auteur fétiche, elle va lui écrire une dernière lettre très émouvante, et lui dévoile un de ses grands projets : faire aimer les livres, même à ceux qui ne lisent jamais, comme sa maman…

Je me suis vraiment régalée avec Si j’étais Fifi Brindacier. Ce roman est un vrai petit bonheur, et il se lira dès 9-10 ans!

.

Si j’étais Fifi Brindacier, de Eun-sil YOO, et illustré par Marianne Nicolas. Picquier jeunesse. 11,50 euros.