Les albums au fond souvent blanc du moment #1

IMGP5823Duncan veut dessiner. Les crayons, eux, lui ont écrit… et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils ne sont pas contents! Ils expriment chacun leur mal-être, leur colère ou leurs désirs à travers une lettre au petit garçon. C’est celles-ci que l’on va lire tout du long de l’album.

Le BLEU par exemple : il est la couleur préférée de Duncan. Il souffre d’être trop utilisé et de sa toute petite taille. Il invite Duncan à moins l’utiliser / le GRIS est fatigué : colorier les éléphants, les hippos, etc. (ce sont de groooos animaux) est bien fatigant : il veut une pause!) / le ROSE en a assez d’être délaissé et le BEIGE ne veut plus être mis de côté… etc. etc.

Duncan va-t-il finalement dessiner? et si oui, avec quels crayons, et comment va-t-il les utiliser? Cet album épistolaire est super original et est illustré de manière espiègle par Oliver Jeffers!

Rébellion chez les crayons de Drew Daywatt. Illustrations d’Oliver Jeffers. Kaléidoscope.

IMGP5821

escargot sort faire ses courses

il sort sa tête et ses cornes

 

puis il sort ses yeux

et soudain voici qu’apparaît sa queue

 

le voilà tout en entier!

 

allez

 

Est-ce l’escargot qui est particulièrement lent? Le texte va-t-il plus vite que l’image?

En tout cas, en face de “il sort sa tête et ses cornes”, il n’y a qu’une coquille. L’auteur encourage l’escargot à sortir sa tête et ses cornes, ça tarde…

allez

GO

L’escargot prend son temps… Quand il est enfin sorti, et bien, le livre est fini… ahhh, ça énerve l’escargot! Alors, il repart, doucement.

Très graphique, cet album est tout étonnant. Il a été conçu dans les années 70 par Elena et Jan Kroell, un couple de designers et architectes suisses. Où est le début, où est la fin? On recommence?? Le décalage texte et images est très réussi!

Go escargot go! de Elena et Jan Kroell. Rouergue.

IMGP5824La pluie réveille un enfant de sa sieste. Maman rentre le linge, l’enfant met ses bottes et son ciré. Il va goûter la pluie, observer les gouttes sur les fleurs, contempler ce qui se passe tout autour de lui. La pluie cesse. Papa étend le linge à nouveau. Pendant ce temps-là, le chat continue de dormir.

Quand il pleut est un album contemplatif d’une simplicité rare. C’est très beau…

Quand il pleut de Junko Nakamura. MeMo.

“Etre différent devint à la mode…”

Ce que les Ohé avaient de particulier…

… c’était qu’ils étaient tous pareils.

Quand Rupert décide d’être différent, il se tricote un pull-over. Au début, il est seul à être différent. Et ça lui plaît !

Et puis, ça plaît aussi à Gillespie. Qui se tricote un pull-over. Ainsi, ils sont 2 à être différents.

« Etre différent devint à la mode… »

Les Ohé se tricotent tous un pull et « ils devinrent bientôt tous différents. »

Rupert, lui, se dit « que porter un chapeau serait une bonne idée. »

Héhé… mais jusqu’où cela ira-t-il ??

Oliver Jeffers signe un album minimaliste avec peu de texte et peu de couleurs, mais un propos fort et beaucoup d’humour : comment se différencier des autres? Mais surtout ViVe la différence !

Ici, des images de l’album sur le site de l’auteur ; et une vidéo de présentation de l’album (en anglais) :

.

Le nouveau pull-over d’Oliver Jeffers. Kaléidoscope. 13,20 euros.

Challenge “Je lis aussi des albums” –10–


Attention
attention, encore un swoush!! cet album se lit, se relit, se rerelit,
etc. Et entre chaque lecture, vous ne pouvez que vous dire « oh
là là, mais qu’est-ce que c’est beau, qu’est-ce que c’est juste,
qu’est-ce que c’est bien dit… »


La
perte d’un être cher peut amener à verrouiller son coeur. C’est ce
qui se passe pour la petite fille de cet album. Elle
va mettre son coeur en bouteille et se l’accrocher autour du cou.
Ainsi, elle n’aura plus de sentiments, elle ne s’attachera pas… et
du coup plus de déceptions.

Mais
elle s’ennuie, ne s’intéresse plus à rien, ne ressent plus rien, et
en plus de ça, la bouteille est lourde… Qu’à cela ne tienne,
« au-moins, son coeur était en sûreté ». Jusqu’à
la rencontre inattendue d’une enfant plus petite pleine
de questionnements. L’envie
de parler, d’aimer revient, mais comment  la petite fille va-t-elle
déverrouiller son coeur?

Et
bien, il faudra qu’elle se laisse approcher…

Regardez cette illustration géniale…

©Oliver Jeffers, Kaléidoscope, 2010.

Cet
album est une merveille de sensibilité.
Le rapport texte-images est grand et l’un se peut se passer de l’autre, tout se répond. Les illustrations sont
pleines de douceur, en même temps que le propos d’Oliver Jeffers est
puissant. Voilà encore un grand album en ce mois de mars!

Le
coeur et la bouteille d’Oliver Jeffers. Kaléidoscope.
13 euros.

La
Soupe
a également aimé!!


***

et j’en suis à 12 albums (sur 24) pour le challenge Je lis aussi des Albums.



Le nouvel album d’Anthony Browne : “Une autre histoire”, est disponible depuis une semaine!




Sur les pages de droite : le conte bien connu de Boucle
d’Or et les 3 ours
, illustré en couleurs, avec le texte revu et corrigé par
Anthony Browne, très fidèle au conte traditionnel.

A gauche : une autre histoire, sans texte cette fois, qui nous donne un aperçu
de la vie de Boucle d’Or.

Pour la partie de gauche
: on commence en noir et blanc, ou sépia, dans de petites cases.

Le paysage est
urbain et très sombre.

Boucle d’Or suit un ballon de baudruche, et perd sa
maman.

Elle approche de la maison des ours et la couleur apparaît. Les petites
cases du début s’agrandissent.

Mais les ours arrivent, la couleur disparaît à
nouveau, le rythme s’accélère, Boucle d’Or s’enfuit et elle traverse des
paysages pluvieux avec des barbelés et des tags sur les murs.

Puis enfin… un
rayon de soleil, et un sourire sur le visage de Boucle d’Or : elle saute dans
les bras de sa maman.

Le petit ours a suivi la
fuite de la petite fille et nous dit « J’aimerais bien connaître son
histoire. »
.

 

Dans cet album, le
quotidien s’introduit dans le merveilleux, le contemporain se mêle au conte,
l’histoire sans texte côtoie la fiction écrite. Tout se mêle, se juxtapose,
le lecteur peut faire un tas de liens…

Cet album est ultra-riche, les
illustrations ne cessent de révéler des indices, des correspondances, et ce
n’est pas seulement parce qu’Anthony Browne en est l’auteur que je dis que cet
album va faire date dans la littérature jeunesse! Et comme bien d’autres de ses albums, il ne s’épuisera pas à la première lecture.

***

Une exposition de 85 originaux d’Anthony Browne sillonne la France en ce moment. Elle est à Marseille pour encore une semaine à la BMVR de l’Alcazar (et pour y être allée, je peux vous assurer que c’est à voir. Alors que ceux qui sont dans le coin n’hésitent pas une seule seconde, ça n’est pas tous les jours qu’on peut voir les vrais tableaux d’Anthony Browne!)










Une autre
histoire* d’Anthony Browne. Kaléidoscope.
 15 euros.
*Le titre original de l’album est “Me and You”, j’aimerais bien savoir quel est le lien entre l’original et sa traduction…

“Le pingouin semblait triste, alors le petit garçon pensa qu’il s’était perdu.”

Un jour, un pingouin se présente à la porte de la maison du petit garçon. Celui-ci pense qu’il est perdu, il va alors tout faire pour que l’animal regagne son pays : le Pôle Nord. Le petit garçon prépare activement l’expédition et pendant ce temps, il apprend à mieux connaître le pingouin.

Une fois arrivés au pays du froid, le pingouin n’a pas l’air moins perdu qu’au début de l’histoire. Le garçon laisse quand même celui avec qui il a passé les derniers jours, va pour retrouver son logis mais bien vite il se sent mal…

Le garçon passe quelques minutes ainsi, il réfléchit et trouve la raison de son soudain mal-être :

“Le pingouin n’était pas perdu.

Il était juste un peu seul.”

Ni une, ni deux, le garçon fait demi-tour et retrouve bien vite celui qui est vite devenu son ami.

***

Voilà un très bel album sur l’amitié, tellement réussi et attachant qu’on aurait envie de vivre la même histoire. Les illustrations d’Oliver Jeffers sont douces et émouvantes et ont un petit goût d’Olivier Tallec qui n’est pas pour me déplaire!

Perdu? Retrouvé! d’Oliver Jeffers. 12.50 euros en “grand format chez Kaléidoscope, ou 5.50 euros en format souple dans la collection Lutin poche.

Un autre très bel album sur une amitié indéfectible : Petite beauté d’Anthony Browne, chez Kaléidoscope.

“À la place, il avait une aile de cygne dans le dos. Ils s’embrassèrent…

…et la reine s’approcha du roi complètement bouleversé, commença à parler et dit :
- Mon cher époux, maintenant j’ai le droit de parler et de te dire que je suis innocente et que l’on m’a faussement accusée.”

© Elsa Oriol

Une nouvelle version illustrée par Elsa Oriol d’un conte des frères Grimm les 6 frères cygnes vient de paraître chez Kaléidoscope. Chez le même éditeur, elle avait déjà publié une version de Barbe-Bleue dans un grand format qui ne passe pas inaperçu.

Un roi est contraint à épouser une fille de sorcière. Celle-ci est d’une beauté inégalable, mais cela ne l’attendrit point, il n’a pas du tout confiance en sa nouvelle femme, si bien qu’il lui cache l’existence de ses 7 enfants (6 garçons et 1 fille nés d’une précédente union).
La reine sera tout de même intriguée par les absences de son époux (il rend souvent visite à ses enfants). La reine retrouvera les garçons et les transformera en cygnes. Heureusement, elle épargné la jeune fille, dont elle ne soupçonne même pas l’existence.
Pour sauver les cygnes, leur soeur devra rester muette durant 6 ans et leur fabriquer 6 chemises. Elle parviendra à les sauver mais au prix de nombreux sacrifices…

Le conte original en intégralité est ici.
Un peu plus sur Elsa Oriol, c’est .

© Elsa Oriol


Les contes, et la littérature en général, ont ceci d’extraordinaire qu’ils peuvent faire avancer.
Je me rappelais très vaguement de ce conte ci quand je l’ai emporté hier soir.
Sa lecture m’a émue.
De je ne sais quelle manière exactement.
Mais ce n’est pas l’important.
Il existe, il est là, je peux le relire.
Et vous, vous pouvez le découvrir/ou le relire/contempler les illustrations d’Elsa Oriol que je trouve exceptionnelles…

Bref, passez une bonne journée!

Sortilèges!

—attention, je révèle la fin de l’album, ne pas tout lire, si vous ne voulez pas la connaître avant de le découvrir vous-même -parce qu’il va de soi que vous DEVEZ lire cet album, il est tout simplement génial!—

C’est l’histoire d’1 mignon petit crapaud,

qui rêve d’être un prince charmant.

Il trouve un livre de sortilèges, en essaie quelques-uns…

et obtient des résultats…

plus ou moins heureux!

et puis finalement… —cliquez sur l’image pour la voir en plus grand et regardez le tatouage :) )—

Mais au moment d’embrasser la jolie princesse…

le petit crapaud restera crapaud!!

***

Aussi cruelle qu’elle soit, la fin invite à un éternel recommencement.

J’adore ce nouvel album de la très douée Emily Gravett, l’édition française est très jolie, comme l’originale en anglais avec jaquette étoilée. Celui-là, je vais pas pouvoir m’en passer à la librairie…

Sortilèges, d’Emily Gravett. Kaléidoscope. 15 euros.

Mélanie a également aimé!



de l’amour et de l’amitié aussi pour aujourd’hui!

Voilà longtemps que je n’avais pas lu un album aussi juste sur le thème de l’amitié, la belle amitié, sans faille…

C’est le dernier album d’Anthony Browne et je suis sûre qu’il va très bien fonctionner.

Mais je n’en dis pas plus, Mélanie et la Soupe de l’Espace en parlent trèèèèèès bien!

Petite beauté, d’Anthony Browne. Kaléidoscope. 15 euros.



“Elle, c’est comme si un bouquet de papillons multicolores sortait de sa tête à toute heure.
Comme un éclat de rire.”

“Lui, ça n’a rien à voir.
Depuis qu’il est sur Terre, Marius veut tout savoir et ses yeux scrutent le monde sans repos ni répit…”

Forcément, ces deux-là ne peuvent que se rencontrer et s’aimer! Redécouvert tout récemment sur mon étagère n°2, je l’ai relu avec plaisir, les illustrations donnent envie de s’envoler, de faire un petit tour en montgolfière…

Charlotte et Clarabel aiment beaucoup également.

Rien à voir de Frank Prévot et Stéphane Girel. Rouergue. 13,50 euros.

Ces derniers jours, j’aime bien conseiller…

Léonardo le monstre épouvantable, de Mo Willems. Kaléidoscope. 15 euros.

Un monstre pas du tout effrayant et encore moins épouvantable, voudrait néanmoins arriver à faire peur à un petit garçon qui en a vraiment gros sur la patate… Ca ne va pas fonctionner comme prévu. Le petit garçon raconte ses malheurs et le monstre, que fait-il? Il le prend dans ses bras, il ne veut plus être un monstre épouvantable, mais un merveilleux copain!

La provision de bisous de Zou, de Michel Gay. Ecole des loisirs. 11.50 euros.

Zou part en colonie de vacances cet été. Pour supporter la séparation, ses parents lui préparent une drôle de boîte : ils la remplissent de bisous. Durant le voyage en train, tous les petits zèbres sont bien tristes d’avoir laissé leurs parents à la maison, tout le monde a besoin de bisous, heureusement Zou et sa boîte sont là!

Un album au goût de Petit Prince..

à Jen..

C’est l’histoire d’un petit garçon qui fait un voyage à bord d’un avion, mais en cours de route, il a un problème de carburant et le voilà obligé de s’arrêter sur la Lune..

Un extraterrestre fait un voyage à bord de son vaisseau spatial mais en cours de route, il a des ennuis et lui aussi se voit obligé de faire halte sur la Lune.

Tous 2 ont très peur, il fait noir.

“Puis leurs yeux s’habituent à l’obscurité et ils s’aperçoivent qu’ils partagent les mêmes ennuis.

Ils ne sont plus seuls désormais.”

Heureusement, ils se rencontrent et vont s’entraider! Et quand ils doivent se quitter, ils sont bien tristes.

Voilà une jolie histoire d’amitié très bien illustrée -qui se termine sur une jolie pirouette!- Un bel album tendre et émouvant!

L’avis de Mélanie et d’Eolune! et le site d’Oliver Jeffers.

On rentre à la maison d’Oliver Jeffers. Kaléidoscope. 12.50 euros.