* La Balade fantôme * de Chloé Poizat au studio Fotokino

L’imaginaire de Chloé Poizat a investi le studio Fotokino à Marseille!

P1020778 P1020780Voici quelques clichés de ma récente visite que j’ai fort appréciée…

P1020788Vue d’ensemble

P1020789 P1020791 P1020790Cairn 1

(2014, pastel sec sur papier)

2015.021 Le Cuni Culture-Tour

(2009 – 2013, la série compte 134 images, transfert et acrylique fluo sur mini-vues photographiques et impressions offset)

J’ai terriblement aimé cette série de vues touristiques dans lesquelles Chloé Poizat a intégré un lapin hominidé orange!

P1020799Le Cuni Culture-Tour en diapos

Un choix des vues du Cuni Culture-Tour est sur diapositives et projeté.

2015.02Vacance arthropique

(2009. La série compte 14 images, transfert et acrylique sur papier.)

L’exposition se poursuit jusqu’au 15 mars 2015 et c’est chez Fotokino, au 33 des allées Léon Gambetta à Marseille.

Un peu de l’expo Norrsken – Lueurs du nord au studio Fotokino à Marseille

P1010188 P1010187 P1010186Norrsken – Lueurs du nord commence par un dessin au mur d’une extrême finesse… Il invite au calme, quelle merveille! Norrsken est une déambulation dans des travaux en volume, sous verre ou tissés de 5 artistes de l’Europe du Nord et du Canada : Kitty Crowther, Marcel Dzama, Joanna Hellgren, Jockum Nordström et Hannah Waldron. Au fond de la salle, une cabane. Quelle émotion cette cabane. Que j’aime les petites maisons… Je n’ose pas rentrer dedans, pas tout de suite.

P1010191Rapprochons-nous…

P1010198 P1010199 P1010203 P1010205 P1010209 P1010214 P1010242Des originaux de Mère Méduse, le nouvel album de Kitty Crowther paru il y a quelques jours chez Pastel. Cet album me questionne tant depuis que je l’ai découvert.

P1010196Marcel Dzama

P1010234 P1010233 P1010230 P1010231Joanna Hellgren

P1010195 P1010194 P1010193Jockum Nordström

P1010221 P1010224 P1010248 P1010249 P1010250 P1010252 P1010251Hannah Waldron

Ils sont peintres, illustrateurs, graphistes, auteurs – et parfois, tout cela à la fois. Les cinq artistes réunis au Studio partagent le même goût pour le dessin et un certain penchant pour le monde de l’enfance qui nourrit une palette de couleurs très personnelle.

Une nature habitée

Au plus profond de la grande forêt (…), d’énormes fleurs poussaient de ci et de là, émettant une lumière vacillante telles de petites lanternes.

Tove Jansson, Moomin et la grande inondation

Kitty Crowther, Marcel Dzama, Joanna Hellgren, Jockum Nordström et Hannah Waldron ressemblent à ces petites lanternes qui brillent dans la nuit, apportant à travers leur sensibilité un autre éclairage sur le monde. A la façon d’une autre créatrice du nord, la finlandaise Tove Jansson, qui la première, a pris plaisir à dessiner les forêts sombres, les lacs glacés, la pluie sur les rochers, ainsi qu’une foule de petites créatures, menaçantes ou attachantes, qui peuplent les livres de Kitty Crowther et les peintures de Marcel Dzama.

Extrait du petit guide de Norrsken disponible au Studio.

Et enfin, un peu de la cabane :

P1010215 P1010216 P1010217 P1010218 P1010219 P1010237Quelle belle petite maison et quel parfait écrin pour rêver, imaginer, s’évader…

Un grand merci à toute l’équipe de Fotokino qui fait un travail formidable!

Norrsken – Lueurs du nord

est à voir au studio Fotokino à Marseille

jusqu’au 28 décembre 2014.

Des expos à voir à Marseille #2 / « Norrsken – Lueurs du Nord » au studio Fotokino

P1000917 P1000918Une nouvelle expo chez Fotokino, yeepee!

Je n’ai pas encore été la visiter (mais ça ne peut qu’être bien : c’est chez Fotokino -et une expo chez Fotokino ne peut qu’être réussie!) Bon, je reprends :-) : Norrsken – Lueurs du Nord vient juste de démarrer et sera visible jusqu’au 28 décembre chez Fotokino.

Le studio a été investi par cinq artistes de l’Europe du Nord et du Canada :

Kitty Crowther, Marcel Dzama, Joanna Hellgren, Jockum Nordström et Hannah Waldron.

P1000919 P1000922L’illustration de l’affiche Norrsken est extraite de Mère Méduse. C’est le nouvel album de Kitty Crowther qui paraît cette semaine chez Pastel. Je ne sais pas encore quels mots poser sur cet album tellement j’ai été émue. Il est… un peu magique. Fort émotionnant. Indispensable. Juste superbe… (J’essaie d’en reparler bientôt avec plus de contenu.)

Kitty Crowther, elle, en parle bien :

Pour en savoir plus sur Norrsken, c’est par là!

Un week-end en Ardèche fin janvier #2 : ❤ Librairie (La Parenthèse) ❤

Coup de  pour la librairie (La Parenthèse) à Annonay (en Ardèche)!

IMGP4344Dans cette librairie, les libraires sont accueillants et l’ambiance chaleureuse…

IMGP4334 IMGP4343 IMGP4329IMGP4342 IMGP4336Il y a des idées, des rires, de jolis billets sur les livres, un élégant mur de BD, de beaux rayons…

IMGP4337IMGP4326 IMGP4332 IMGP4327et des éléphants un peu partout, même au plafond -la libraire en est fan, elle en a une jolie collection et des clients lui en ramènent!

❤ Librairie (La Parenthèse) / 9, bd de la République / 07100 Annonay ❤

(Le MuCEM a ouvert!)

Le MuCEM a ouvert au grand public ce week-end!

Voici un p’tit tour en quelques photos…

IMGP7636 IMGP7635 IMGP7641 IMGP7574

L’expo temporaire Le Noir et le Bleu. Un rêve méditerranéen…

Le noir et le bleu, Goya et Miro, ombre e sole…

Les Lumières et leurs ombres, tels l’envers et l’endroit d’un même monde, qui répond à l’idée même de civilisation, née au XVIIIe siècle.

IMGP7580IMGP7592IMGP7587IMGP7595IMGP7598Bleu II de Joan Miro / Le Bord de mer à Palavas de Gustave Courbet / une ancienne affiche / Le Minotaure de Picasso / une jolie chaise à coeur…

L’expo temporaire Au bazar du genre, Féminin – Masculin en Méditerranée

IMGP7570

Selon le sexe reçu à la naissance, chaque individu se voit attribuer des rôles différents dans la société : le genre désigne cette construction sociale. En Méditerranée comme ailleurs, l’opposition entre masculin et féminin est largement fondée sur la domination des hommes.
L’ordre des sexes y est conçu comme une distribution et une hiérarchisation des rôles et des statuts. Aux hommes l’espace public, la guerre, la politique ; aux femmes l’espace domestique, la famille et les enfants.

Pourtant, aujourd’hui plus que jamais, cet ordre est remis en question.

IMGP7645 IMGP7659 IMGP7654 IMGP7653 IMGP7650

L’expo semi-permanente, La Galerie de la Méditerrannée, s’articule autour de 4 thématiques : agricultures, croyances/religions, citoyenneté et voyage/déplacements.

IMGP7673 IMGP7713 IMGP7712

Une machine hydraulique / un article de la Déclaration des droits de l’homme / un morceau du mur de Berlin…

On se sent bien au MuCEM! J’adore ce lieu… Les expositions sont bien agencées, on retrouve la dentelle en reflet un peu partout, c’est un régal pour les yeux! Marseille avait besoin d’un si beau lieu à visiter, à sillonner, à contempler et sitôt quitté, on a envie d’y retourner…

Comment y aller? Tout est !

Le MUSEE DES CIVILISATIONS DE L’EUROPE ET DE LA MEDITERRANEE est au 1, esplanade du J4 dans le 2ème à Marseille.

(début juin à Marseille, il y a des ouvertures de musées et du ☼☼☼!)

IMGP7512 IMGP7515Ici, on est passés très très vite de la case printemps frais avec du mistral à l’été

Que c’est bon ce bleu, ce soleil qui réchauffe!

IMGP7487 IMGP7435C’est aujourd’hui que le MuCEM -et sa librairie!- ouvre(nt)!

IMG_5932

La semaine prochaine, il y aura les ouvertures du musée des Beaux-Arts au palais Longchamp et du musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode au château Borély.

ViVe les musées!

Pour l’occasion, il FAUT relire l’aventure de Poka & Mine – Au musée

de Kitty Crowther chez Pastel! :-)

 

(Hier, il faisait bien bleu au-dessus du MuCEM!)

IMGP7429 IMGP7434 IMGP7438A l’entrée du MuCEM / sur la terrasse / la dentelle qui recouvre le musée de près

IMGP7450 IMGP7462

La Bonne-Mère sous une arcade / le fort Saint-Jean

Le site où est implanté le MuCEM à Marseille (MuCEM : Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) est juste splendide. L’ouverture du musée est pour cette semaine et c’est pas rien, c’est le premier musée national intégralement transféré en région!
Hier, j’ai eu la grande chance de voir le musée en avant-première, d’emprunter la passerelle de 135 mètres de long qui relie le musée au monument historique du fort Saint-Jean restauré. J’ai vu de belles arcades, le chemin de ronde, un peu du jardin méditerranéen… swoush, que c’était bon de commencer ce dimanche matin 2 juin par la visite du site sans personne (à part les ouvriers)…

IMGP7463La Bonne-Mère depuis le chemin de ronde

Grand week-end d’ouverture du MuCEM au grand public

les vendredi 7, samedi 8 et dimanche 9 juin 2013 (201, quai du Port dans le 2ème à Marseille).

(passer 2 jours à Grenoble en mai #2 – 2 bonnes adresses)

IMGP7302 IMGP7299 IMGP7301 IMGP7306
J’adore ce marché-là, c’est le Marché de l’Estacade à Grenoble,
c’est 2 Rue Joseph Rey du mardi au dimanche de 6h à 13h.
.

.

IMGP7356

.
Qu’est-ce qu’on est bien reçu au Café de la Table Ronde (c’est le deuxième plus vieux café de France après le Procope à Paris) et qu’on y mange bien!
.
(Hééé, Lucie, on avait peur d’en mettre partout mais on s’est montrées super civilisées et on a finalement gardé toutes les arêtes pour nous :-) !)
.
c’est 7, Place Saint André à Grenoble
et c’est ouvert tous les jours.
.

(à Paris début mai #3 : « L’Ange du bizarre » au Musée d’Orsay)

2. L’Ange du bizarre au Musée d’Orsay

IMGP6842 L’Ange du bizarre, le Romantisme noir, de Goya à Max Ernst réunit quelques 200 œuvres : peintures, dessins, estampes et sculptures, de la fin du XVIIIème siècle jusqu’au début du XXème siècle. Il y a également des extraits d’une douzaine de films datant de l’entre-deux-guerres.

IMGP6843Le romantisme noir est un courant de l’art occidental. Il désigne un pan de la littérature et des arts plastiques qui s’est développé à partir des années 1760-1770.

Le romantisme noir met en évidence la part d’ombre, d’irrationnel et d’excès qui se dissimule sous l’apparent triomphe des lumières de la Raison. Il se nourrit des inquiétudes des temps de crise et propose d’y répondre par l’imaginaire (pour en savoir plus, on peut consulter le PDF du dossier de presse de l’expo).

Comme on fait son rêve, on fait sa vie.

Victor Hugo

Les œuvres de Francisco de Goya, Johann Heinrich Füssli, William Blake, Eugène Delacroix, Adolphe William Bouguereau, Victor Hugo, Caspar David Friedrich, Arnold Böcklin, Théodore Géricault (avec la première esquisse du Radeau de la Méduse), Salomé de Moreau, Carlos Schwabe (j’ai flashé sur le tableau La Mort et le Fossoyeur), Franz von Stuck, Paul Ranson, James Ensor, Alphonse Mucha, Odilon Redon, Salvador Dali, Max Ernst, Hans Bellmer, Paul Klee (et j’en oublie tant…) se succèdent dans une belle enfilade de salles doucement éclairées. Des citations ponctuent les cartels informatifs (en nombre suffisant et longs juste ce qu’il faut).

La forêt est là et me regarde et m’inquiète et m’attire comme le masque d’une momie. Je regarde. Pas l’ombre d’un œil.

Blaise Cendrars

***

L’Ange du bizarre est une très belle expo et elle se poursuit jusqu’au 9 juin 2013 (et je vous conseille de réserver vos billets, il y a beaucoup-beaucoup de monde!) dans le splendide musée d’Orsay (5 Quai Anatole France dans le 7ème à Paris).

***

(et nous avons été également voir l’expo Chagall Entre Guerre et paix au Musée du Luxembourg mais c’était plein comme un oeuf et du coup presque désagréable… Les cartels étaient bien trop sommaires… Bref, je ne la conseille pas!)

(à Paris début mai #2 : « Dans la peau de Hundertwasser » au Musée en Herbe)

1. L’expo Hundertwasser au Musée en herbe

2013.05 Hundertwasser a vécu de 1928 à 2000. Il était peintre et architecte ; écologiste et philosophe. Il n’aimait pas les lignes, il voulait des courbes et des spirales.

La spirale signifie à la fois la mort et la vie. En partant du centre de la toile, on va de la naissance à la mort qui se trouve aux extrémités du tableau et inversement.

Pour Hundertwasser, nous avons cinq peaux. La 1ère est l’épiderme, viennent ensuite les vêtements, la maison, l’environnement social et l’enveloppe planétaire.

IMGP6760

Hundertwasser aimait les maisons (il n’aimait pas les maisons rectilignes, c’est comme si elles étaient malades. Hundertwasser les guérit en y rajoutant de la couleur, des formes et de la rondeur) et les fenêtres (pour lui, chaque habitant devrait avoir le droit de peindre sa fenêtre de la couleur qu’il veut) ; les arbres (il concevait des appartements pour les arbres dans les immeubles car ils apportent beauté et oxygène) ; la nature et la pluie (pour lui, la pluie rend tout plus beau : l’eau fait briller les couleurs!) ; les timbres (ils relient les hommes) ; les vêtements (à bas les vêtements tous pareils ! « L’uniformité de l’anonymat du vêtement traduit chez l’homme le renoncement à l’individualisme, à la fierté de porter une seconde peau créative, originale, différente des autres. ») et les chapeaux (il estimait que les chapeaux rendent les personnes plus belles et plus fortes).

IMGP6747

J’aime le fait qu’il défendait le beau pour tous : petit ou grand, riche ou pauvre, chacun a droit à la qualité et à la beauté.

***

J’ai terriblement aimé cette expo. J’ai découvert par la même occasion le génial Musée en herbe et son chouette espace librairie, Le petit Baz’art. Sylvie Girardet et Claire Merleau-Ponty ont créé le musée en 1975 avec l’idée de permettre aux enfants d’accéder à l’art et à la culture. Elles ont écrit 80 livres (notamment la collection Salut l’artiste à la RMN) et réalisé près de 70 expositions depuis.

***

Le Musée en herbe,

c’est au 21 rue Hérold

dans le 1er arrondissement à Paris!

***