Un livre par semaine en 2014 – 39#52 – Didgeridoo de Frédéric Marais

Les aborigènes racontent qu’au début du monde le ciel était si bas que les crocodiles avaient mangé les étoiles.

wpid-2014-09-25-07.47.08.jpg.jpegAu commencement du monde, il y avait donc très très peu d’espace entre le ciel et la terre. Dans ces conditions, les hommes ne peuvent se tenir debout et les arbres ne peuvent pas se déployer ; le kangourou ne saute pas et les oiseaux ne volent pas… Jusqu’à ce qu’un garçon ait l’idée de planter un morceau de bois extrêmement solide dans le ciel et il va le pousser, le pousser très fort. Il va si bien repousser le ciel que l’espace avec la terre va grandir.

Les plantes se développèrent, les arbres grandirent, les collines sortirent de terre, et les kangourous se redressèrent et se mirent à sauter.

Les oiseaux apprirent à voler, les koalas à grimper et les hommes à vivre debout.

Le garçon estime cependant que l’espace entre ciel et terre n’est pas encore assez grand alors il grimpe au sommet d’une montagne et repousse encore le ciel. Après ça, le garçon va faire naître les étoiles et la musique… Oui, les étoiles et la musique. Je ne dis pas comment cependant et il vous faudra ouvrir ce bel album pour le savoir ;-) .

wpid-2014-09-25-07.49.19.jpg.jpegLe texte de Frédéric Marais est concis et fort en émotions (le moment où apparaissent les étoiles a fait naître des frissons sur mes bras!). Les couleurs -un bleu presque-marine, de l’orange bien-vif et quelques touches de blanc- sont profondes et très bien rendues. Frédéric Marais signe là un très beau conte étiologique et donne un superbe hommage à l’art aborigène. Oui, Didgeridoo est une merveille!

Didgeridoo de Frédéric Marais est publié par Les Fourmis Rouges (16,50 euros).

Un livre par semaine en 2014 – 38#52 – Polka & Hortense

20140908_093013C’est un grand jour pour les souris Polka et Hortense! Elles ont convenu d’aller au sommet de la Grande Montagne mais Hortense a peur alors Polka ne cesse de l’encourager. A elles deux, elles y arriveront, foi de Polka ! En cours de chemin, un petit incident oblige cette dernière à s’arrêter… Que faire? Rentrer?

Non, Polka va encourager son amie et Hortense va prendre son courage à deux mains pour continuer l’aventure et relever le défi de cette Grande Montagne, non mais! Polka verra donc elle aussi le sommet de la montagne, mais je ne dis pas comment ;-)

20140908_093044 20140908_093054(clin d’oeil à Edmond, l’écureuil d’Edmond, La fête sous la lune)

20140908_093108

Un extrait qui m’émeut à chaque fois que j’y pense :

Avoir une grande amie, ça fait aller sur les grandes montagnes.

Confiance en soi et Amitié sont au cœur de cette belle aventure où l’on revoit Edmond, le petit écureuil mignon d’Edmond, La fête sous la lune, un album du même duo d’auteur-illustrateur paru l’année dernière et que je conseille très souvent à la librairie. Les illustrations de Marc Boutavant sont trop-trop belles… et ces couleurs, mais ces couleurs… ouh là là, tout ça pour dire que Polka et Hortense = gros coup de ❤!

Polka et HortenseLa grande aventure, d’Astrid Desbordes et Marc Boutavant, est publié chez Nathan (10 euros).

Un livre par semaine en 2014 – 37#52 – Chat par-ci Chat par-là

wpid-2014-09-24-07.29.04.jpg.jpegwpid-2014-09-24-07.28.26.jpg.jpegDans Chat par-ci, Chat par-là de Stéphane Servant, il y a une correspondance entre 2 solitaires, mais le fait est qu’ils n’écrivent pas à celui ou celle qu’ils pensent… Il y aura bien rencontre mais entre qui et qui? Il faudra boulotter ce tout-nouveau-tout-beau-et-super-tendre roman de la collection Boomerang pour le savoir :-)

Comment chat va? C’est moi le pouet-pouet de lundi!

Chat par-ci, Chat par-là de Stéphane Servant, éditions du Rouergue jeunesse (collection Boomerang).

Hier, c’était la fête de l’écureuil!

IMGP3118Hier matin, j’ai trouvé Poupoupidours dans le “trop-plein-de-bacs-de-nouveautés-de-la-librairie” et c’était la drôle de bonne surprise.

Poupoupidours est la 3ème aventure de Petit Ours après Une chanson d’Ours et Coquillages et Petit Ours.

IMGP3126 IMGP3127Il y a plein de mignons écureuils dans les premières doubles-pages de Poupoupidours :-)

IMGP3128et il y a Chaussette aussi! (le héros de Adieu Chaussette)

Bref, Poupoupidours est là, yeah! :-)

Après le travail, c’était la fête dans ma boîte aux lettres et il y avait encore des écureuils, yeah!

(merci à toi Amélie si tu passes par ici, c’est grâce à toi tout ça!)

Il y a un trop bel écureuil dans Encore plus de hiboux! de Corina Fletcher et Natalie Marshall chez Hélium (à paraître le 24 septembre).

IMGP3131IMGP3135

Les écureuils de Envole-toi (de Virginie Aladjidi, Caroline Pellissier et Emmanuelle Tchoukriel chez Thierry Magnier. A paraître le 15 octobre) sont aussi trop choux :-)

IMGP3138 IMGP3139

Vive les écureuils et belle journée à vous!

Instant choisi / lundi 15 septembre, 10h15 / Maronsui’s vs Poincaré

20140915_101508 20140915_101533La soupe américaine d’Anaïs Sautier. L’école des loisirs.

J’ai bien ri à la lecture de cette méthode de drague originale et gourmande aromatisée au  Maronsui’s. J’ai lu le passage à monsieur Gaëlle -qui n’a pas vraiment ri “Des Maronsuis? J’aime pas ça.”.

J’ai regardé par dessus son épaule, voir ce qu’il lisait lui. J’ai bien ri du décalage :-) et je me suis vengée en me moquant quelque peu de Môssieur Poincaré

20140915_100956 20140915_101221Dieu joue-t-il aux dés? Les mathématiques du chaos de Stewart. Flammarion.

(Bref… Maronsui’s 1 / Poincaré 0 !)

“Combien de terre faut-il à un homme?” ou réfléchir à la convoitise humaine…

wpid-2014-09-09-08.10.42.jpg.jpeg

Si seulement j’avais plus de terres, je pourrais être tout à fait heureux.

Lorsque l’homme possède quelque chose, il souhaite toujours avoir mieux, ou davantage. Tel est le cas de Pacôme qui n’a de cesse d’avoir plus de terre mais ce n’est pas pour son bien, au contraire.

Annelise Heurtier s’est inspirée d’une nouvelle de Tolstoï pour cet album. Le message est que l’homme convoite toujours plus, au péril de sa vie, au péril de la plus élémentaire des sagesses. Seul le gain importe…

wpid-20140908_092931.jpg wpid-20140908_092947.jpgLe texte d’Annelise Heurtier est délivré sobrement et clairement. C’est très fort. Combien de terre faut-il à un homme? est mis en lumière par les couleurs chaudes de Raphaël Urwiller – Raphaël Urwiller fait partie du collectif Icinori. C’est un très bel album à conseiller dès 7-8 ans.

Combien de terre faut-il à un homme? d’Annelise Heurtier pour le texte – d’après une nouvelle de Tolstoï – et Raphaël Urwiller pour les illustrations est édité chez Thierry Magnier.

Info!

L’association Fotokino à Marseille met à l’honneur Icinori.

icinori-correspondances

L’expo commence le 13 septembre soit à la fin de cette semaine !

Un livre par semaine en 2014 – 33 et 35#52 – Tous les héros s’appellent Phénix et The Parisianer

20140815_163658Le livre de la semaine 33, c’est Tous les héros s’appellent Phénix de Nastasia Rugani paru à l’école des loisirs dans la collection Médium.

2014-08-15 16.41.45 2014-08-15 16.42.13J’aime ces deux citations!

Le livre de la semaine 35, c’est The Parisianer chez Michel Lagarde.

20140824_095623Parue en mars dernier, cette édition est malheureusement déjà épuisée mais j’en ai 1 à moi et je ne me lasse pas de tourner ses pages.

The Parisianer rassemble les couvertures d’un journal imaginaire, c’est un peu The New-Yorker (qui est bien réel lui!) mais à Paris. Les couvertures de The Parisianer sont signées par tout un tas de super noms (ils sont tous cités ici!) et j’ai réuni quelques unes de mes préférées :

De haut en bas et de gauche à droite : Icinori, Camille Jourdy, Philippe Mignon, Marion Fayolle et Laurent Moreau

De haut en bas et de gauche à droite : Florie Saint-Val, Camille Chevrillon, Marc Boutavant et Fanny Michaëlis.

 

(Je suis pas raccord avec les numéros des semaines de cette année 2014. Le passage du temps fait sa loi et moi, j’ai manqué des numéros. Rattrapage.)

Un livre par semaine en 2014 – 36#52 – un jour Moineau

Dans un jour Moineau, on fait connaissance avec Matin. Il ne peut pas sortir de chez lui car une Géante bloque la porte. Vert chou ventru en papillotes! Voilà que ma porte bloque!… Matin va écouter 1000 bons conseils. Des conseils qui viennent de l’escalier, de la pendule, la corniche, le plancher et beaucoup d’autres. Matin va confectionner un gâteau, un beau gâteau qui va provoquer une grosse émotion à la Géante, une grosse-énorme émotion qui va la libérer – et par-là même libérer Matin de sa maison.

wpid-20140903_092143.jpgQu’il est beau cet album… je suis épatée par tant de talent, par tout ce que l’on peut comprendre derrière cette histoire…

un jour Moineau d’Anne Herbauts est sorti chez Casterman cette semaine.

Résonances littéraires #6 ft. Anne Herbauts

wpid-20140902_101934.jpgLe nouvel album d’Anne Herbauts est arrivé hier à la librairie… *fête*!

Une odeur délicieuse emplit la maison.

Le gâteau dore, dore.

Une odeur délicieuse emplit la maison et passe sous la porte.

La Géante dort.

Une odeur délicieuse passe sous la porte.

 

Le gâteau est prêt.

Doré à souhait. – On dirait la lune, pense Matin.

 

La Géante frémit. Ou seulement son nez?

Une odeur délicieuse passe sous la porte.

La Géante frémit tout entière.

Elle ouvre les yeux.

 

(Voilà juste un extrait ce matin mais j’en reparle très vite, c’est (vraiment) promis!)

un jour Moineau d’Anne Herbauts est disponible chez Casterman.

Résonances littéraires #5 ft. Marion Brunet et Mélanie Rutten

IMGP2590

Son père lui a raconté une histoire, un jour : celle d’un homme – ou d’un dieu? – qui avait pu tenir dans ses mains la bobine du fil de sa vie. Cet imbécile l’avait déroulée à toute vitesse, courant de bon moment en bon moment, évitant les coups durs, les souffrances, accélérant le mouvement de sa propre existence. Évidemment, en un temps record, il avait épuisé son quota et se retrouvait comme un con aux portes de la mort. L’idée générale, c’était quoi déjà? Qu’on n’a pas beaucoup de vrais bons moments dans une vie? Qu’il faut vivre le mauvais pour pouvoir profiter du bon? Un truc dans ce genre, un message subtil, typique parents. Si Lou chérit cette histoire, c’est parce qu’au fond, elle aurait rêvé d’avoir la même chance que cet homme – mais pour bloquer la bobine… quitte à végéter dans le rien quelque temps. Juste cesser de sentir la course folle du temps lui grignoter la vie.

C’est pour ça qu’elle a toujours peur de se planter, de faire les mauvais choix, et de regretter. Du coup, parfois, elle ne vit pas. Pas comme Mathilde et ses mille vies en une seule, toujours occupée à galoper au-devant du fil.

 

Extrait de La gueule du loup de Marion Brunet chez Sarbacane, un roman qui tord le ventre…

source 1 source 2Copyright Mélanie Rutten, MeMo, 2014.

Il est beau le nouvel album de Mélanie Rutten, mais beau… Voici un court extrait :

Un matin,
l’Ombre voit quelqu’un sous un parapluie
qui trempe ses pieds dans la rivière.

Le vent souffle.
Si fort que le parapluie s’envole,
emportant le petit quelqu’un qui s’y accroche…

L’Ombre le rattrape de justesse.

La source des jours sera disponible mi-septembre che MeMo.

source 3Copyright Mélanie Rutten, MeMo, 2014.