Let’s go to England!

englandDemain, on prendra la direction de l’Angleterre, nos vacances seront britanniques cet été!

P1060300J’ai révisé mon anglais grâce à Cécile Gambini :-)

(L’anglais Par Pavupapri, Cécile Gambini, 2012)

london

Ces images sont extraites de l’album CARTES d’Aleksandra Mizielinska & Daniel Mizielinski, chez Rue du monde.

Après Londres… road-trip! On passera par Stonehenge, Bristol, Bath, Oxford et on a prévu un stop à Swanage et Corfe Castle, le château qui a inspiré Enid Blyton pour son Kirrin Castle (le château de Kernach en français) dans la série du Club des Cinq.

A bientôt 😉

Le Bateau de fortune de Olivier de Solminihac et Stéphane Poulin chez Sarbacane

P1040814Michao, Marguerite et le narrateur de cette histoire ont prévu de passer une journée au bord de la plage. A l’arrivée, c’est la déception, l’immense contrariété même… Michao a tout oublié : pas de seau ou de pelle ni de maillots de bain, le coffre de la voiture est vide, très très vide! Désoeuvrement et découragement ne sont pas loin. Non mais c’est vrai, que faire au bord de la mer quand on n’a rien apporté pour s’amuser? Faire demi-tour? Non, pas tout de suite… Les trois copains vont composer avec ce qui est sur place, et puis imaginer, rêverIls vont construire un bateau et le mettre à l’eau.

On enlève nos sandales tous les trois, on retrousse nos pantalons et on se risque juste un peu au-delà des vagues. Michao pose le bateau juste à la surface de l’eau. La marée, lentement, l’emporte vers le large.

« Où va-t-il? » demande Marguerite.

Michao touche l’horizon avec son doigt :

« Il faut imaginer. »

On n’a pas besoin de grand chose pour profiter et pour être heureux… voilà ce qui dit ce superbe album. Quel message fort!

P1040815 P1040816Le texte est signé Olivier de Solminihac et Stéphane Poulin est aux illustrations. J’ai lu et relu ce texte maintes fois depuis qu’il est sorti en mars dernier. Parce que j’en ressentais l’envie, presque le besoin. Et je ne m’en lasse pas, c’est sobre et puissant, je suis émue à chaque fois! Quant aux illustrations, elles sont lumineuses et superbes. Toutes mériteraient d’être extraites pour en faire des affiches, des tableaux…

En résumé, Le Bateau de fortune de Olivier de Solminihac et Stéphane Poulin est un album profondément touchant à contempler encore et encore.

P1040817 P1040819Le Bateau de fortune de Olivier de Solminihac et Stéphane Poulin est paru aux Éditions Sarbacane.

*Des fourmis dans les jambes* de Ingrid Thobois et Géraldine Alibeu à La joie de lire

P1060198

Qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand?

Voyager ! répondait du tac au tac Nicolas Bouvier, et tant pis si les grandes personnes trouvaient que son projet n’était pas très sérieux.

« Voyager, ce n’est pas un métier », lui répondait-on.

Dans Des fourmis dans les jambes, Ingrid Thobois conte la vie de Nicolas Bouvier. Celui-ci a voulu voyager dès le plus jeune âge et malgré les découragements des grandes personnes autour de lui, il réalisera son rêve. La rencontre de celui qui sera son meilleur ami, Thierry Vernet, sera déterminante et c’est avec lui qu’il va faire LE premier grand voyage qui durera 16 mois et les conduira de Zagreb à Kaboul (ce voyage est à l’origine de son œuvre L’usage du monde – Rivages).

P1060199

La vie, c’est comme le voyage : une alternance de soleil et de pluie, de mers et de montagnes, de moments où l’on rit, de moments où l’on pleure… Quand ils ont le vague à l’âme, Nicolas et Thierry laissent passer les nuages, et bientôt ils retrouvent leur belle énergie : la route continue.

La vie de Nicolas Bouvier n’était cependant pas que rêverie, évasion et grands espaces. L’histoire ne tait pas les humeurs parfois sombres et les accès de mélancolie de ce grand voyageur… En voyage comme dans la vie, les coups durs et les galères font partie du quotidien!

P1060200 P1060201

Quel formidable album! J’ai aimé la simplicité, la sobriété du texte d’Ingrid Thobois. Profondément humain et imparfait, on se sent proche de ce personnage devenu mythique avec le temps. Les illustrations de Géraldine Alibeu font tour à tour sourire, s’émouvoir ou bien rêver et s’évader… Elles reflètent parfaitement le côté rêveur du personnage tout comme son côté torturé. Petit (dès 7-8 ans) et grands, partez à la rencontre de Nicolas Bouvier grâce à Des fourmis dans les jambes!

Des fourmis dans les jambes – Petite biographie de Nicolas Bouvier de Ingrid Thobois et Géraldine Alibeu est paru aux éditions de La joie de lire (14,90 euros).

*Ah! quelle soupe, les amis!* de Alain Serres et Judith Gueyfier

Bien que le temps soit à la canicule cette semaine, je vous propose un album où la soupe est reine : Ah! quelle soupe, les amis!, de Alain Serres et Judith Gueyfier chez Rue du monde 😉

P1060081Lydie veut cuisiner une soupe de potiron au sirop d’érable. Elle part en quête des ingrédients qui manquent et une étonnante chaîne de troc commence. Contre un panier de myrtilles, Lydie obtiendra du pêcheur un saumon qu’elle espère échanger contre de belles carottes mais elle n’en obtiendra que 2! Deux carottes contre un collier de crottes de lapin et ce dernier contre un bouton rouge… Ces échanges sont pour le moins surprenants mais pas d’inquiétudes, Lydie sait parfaitement ce qu’elle fait… A la fin, la soupe fleurera bon! Qui sera présent pour la déguster? A vous de le découvrir 😉

(1 clic sur les images pour les agrandir)

Le texte signé par Alain Serres n’est rien moins que savoureux! Les noms des personnages rencontrés et leurs personnalités, la trame du conte, tout est bon dans ce texte ! Les illustrations de Judith Gueyfier le complètent et l’enrichissent parfaitement. J’ai aimé la façon dont la nature se déploie tout autour de Lydie. Des animaux la suivent et la contemplent. Le lecteur veille et s’amuse à retrouver l’ours dissimulé dans les images (Lydie ne l’a pas vu!) ainsi que les oiseaux dont le nombre grandit au fur et à mesure des pages.

Tour à tout enfantin (le collier en crottes de lapin fera rire les plus jeunes) et poétique (la nuée de papillons qui s’échappe du chapeau d’un jeune homme invite à une douce rêverie!), Ah! quelle soupe, les amis ! est un superbe conte qui célèbre le partage et la solidarité.

 

P1060080

En achetant ce livre, on aide la maison d’édition Rue du monde à offrir un livre à 50 000 enfants qui ne partent jamais en vacances.

En 2015, cela fait 12 ans que Rue du monde organise avec le Secours populaire français l’opération « L’été des bouquins solidaires » afin de leur offrir des livres.

Ah! quelle soupe, les amis! fait partie des trois albums – avec Les deux perroquets et la liberté et Plus haut que le ciel – qui sont proposés cet été 2015 pour l’opération.

Alain Serres a parlé de l’opération avec Patricia Martin sur France Inter le 20 juin dernier. Clic ici pour réécouter l’émission!

P1060082

Atelier photo – AmeGraphique #19 – *carte blanche* – voyage

agUn atelier photographique, AmeGraphique,

a commencé il y a quelques semaines sur le blog du petit carré jaune.

Elle donne un mot et le jeudi, les participants publient une photo pour le représenter.

En résumé : une semaine, un mot, une photo. Cette semaine, c’est carte blanche… J’ai choisi un mot, le mot VOYAGE!

AmeGraphique #19 – VOYAGE

2015.06.29

Lundi 29 juin 2015, à Marseille. J’allais monter dans un train, faire un petit voyage.

Sur cette image, il est 5h58.

Le jour se lève.

C’est pour moi le temps de tous les possibles, le début de quelque chose.

AmeGraphique #19 – (ça c’est mon truc : c’est une représentation du mot de la semaine dans un livre) – VOYAGE

 La vie, c’est comme le voyage : une alternance de soleil et de pluie, de mers et de montagnes, de moments où l’on rit, de moments où l’on pleure… Quand ils ont le vague à l’âme, Nicolas et Thierry laissent passer les nuages, et bientôt ils retrouvent leur belle énergie : la route continue.

P1060198Extrait de l’album Des fourmis dans les jambes – Petite biographie de Nicolas Bouvier de Ingrid Thobois et Géraldine Alibeu chez La joie de lire.

Les lectures de la semaine qui m’ont fait voyager, qui m’ont émue et fait sourire

C’est quand qu’on retourne aux Etats-Unis?

IMG_20150621_120253Luna et sa mère vont passer 33 nuits aux Etats-Unis. Elles viennent d’arriver à Monument Valley :

Je crois que je n’ai jamais rien vu d’aussi beau. On ne parle même plus, maman et moi. Souffle coupé. Pas besoin de mots. C’est simple : j’ai mes poils de bras qui se dressent tellement c’est chouette!!

Le voyage file tout seul, le spectacle est là, juste au bord du chemin.

Après quelques jours, l’émerveillement de Luna est toujours comme neuf :

Monument Valley s’embrase, couleurs de feu, et j’ai la chance d’être là pour assister au spectacle. Je crois que je n’ai jamais rien vu de plus émouvant de ma vie… En fait, j’ignorais que parfois, les paysages peuvent vous retourner comme une crêpe.

Extrait de Il était 2 fois dans l’Ouest de Séverine Vidal et Anne-Lise Combeaud, un Pépix à paraître le 26 août prochain chez Sarbacane.

 ☀

LA préface qui m’a profondément touchée et émue…

IMG_20150626_223215

Couverture provisoire

« C’est arrivé ou ce n’est pas arrivé, écrit Luda, mais tout peut arriver même si ça n’arrive pas. » Elle n’est plus là depuis qu’elle l’a décidé, en 2002. (…) Forte personnalité et grande réserve (chez elle, l’un n’empêchait pas l’autre…), voix grave et veloutée, franc-parler, civilité extrême, un si beau visage, le front dégagé par des peignes de nacre, souvent en pantalon et chemisier à jabot, toujours de gris vêtue, la couleur de ses yeux. Elle aimait la langue de veau sauce ravigote, les airelles, le gingembre confit, la culture des terroirs, les jouets traditionnels, les artistes de l’avant-garde russe des années 1920, et les petites poupées, Yeats, Maïakovski, Cendrars, O. Henry, Mark Twain, W.C. Fields et Eisenstein, les nouvelles policières, et ces contes obliques où les mensonges disent la vérité. Elle pouvait énumérer les treize desserts de Provence, connaissait mieux le Caucase que l’Amazonie, préférait Andersen aux Grimm qu’elle trouvait trop cruels, etc.

(…)

Avec Luda, j’étais nourrie à la meilleure des sources, une gelée royale. Un passage de … témoin et une merveilleuse initiation : « Qui s’attarde à écouter un sage conseil gagne du temps. » Son amitié, sa présence me manquent de plus en plus au fil du temps, comme ses réponses aux questions que je n’ai jamais su lui poser : trop tôt, trop tard! Et peut-être me dirait-elle, comme dans Vassilissa-la-très-belle : « Demande! Mais toute question n’est pas bonne à poser. D’en savoir trop long, on vieillit trop vite! »

Luda est partie avec toute cette mémoire en elle, mais ses contes continuent à vivre et à courir le monde… Voilà. C’est comme ça que c’est arrivé. Comme ça et pas autrement.

– Épreuves non corrigées – Extrait de Cet endroit-là du conte, le superbe texte que signe Muriel Bloch en ouverture de Contes de Luda, un recueil de contes à paraître le 8 octobre prochain chez Gallimard jeunesse – Giboulées.

 

Totoro : 1 / Superman : 0

IMG_20150626_223337Cette BD est malheureusement épuisée depuis pas mal de temps mais j’ai réussi à trouver un exemplaire d’occasion cette semaine et je suis trop contente de pouvoir enfin la relire à l’envi, sans aller l’emprunter régulièrement à la bibliothèque…

Elle est humaine, il est chat. Elle n’est pas rousse mais « blond vénitien », c’est un vrai goinfre. Elle aime le thé, il fume la pipe. Leur couple est improbable mais bien réel et leurs aventures se lisent avec délectation!

Un extrait en images (clic sur chacune d’elles pour les voir en plus grand) :

20150627_000846-001 20150627_000820-001 20150627_000827-001Extrait de Shä & Salomé – Jours de pluie de Loïc Clément et Anne Montel chez Jean-Claude Gawsewitch.

 

IMG_20150626_102120-1Bon week-end :-)

*Un secret* de Emilie Vast chez MeMo

P1060069

Renarde a un secret… qu’elle va confier à Lapin.

Lapin ne tiendra pas longtemps avec ce secret et va le révéler à Libellule. Qui le murmurera à Ecureuil qui le répètera à Hibou qui le livrera à ChauveSouris, qui le dévoilera à Aigrette, qui le remettra à Hérisson, qui l’annoncera à Pic-Vert qui le dira à Cerf. Cerf va voir Renarde et lui demande si ce secret est bien vrai…

Pendant ce temps, le secret a eu le temps de ne plus en être un :-)

Renarde est devenue maman et tous les animaux vont aller la féliciter.

P1060071 P1060076 P1060072 P1060075Un secret de Emilie Vast est une merveille de délicatesse, de douceur et de poésie qui célèbre l’arrivée d’un enfant. Tournez délicatement ces pages, contemplez l’environnement végétal propre à chaque animal, souriez…

Un secret de Emilie Vast est paru chez MeMo (12 euros).

P1060077

Des livres et des mots qui me portent

Cette fin de semaine, j’ai aimé…

IMG_20150621_090740Comme une envie de voir la mer de Anne Loyer chez Alice.

Elle pense à tout ce silence qui pèse des tonnes et qu’elle a cru pouvoir soulever toute seule pour s’en débarrasser.

 

L’amour ne peut pas tout.


IMG_20150620_073056Pieds nus dans les ronces de Lisa Zordan chez Michel Lagarde.

Je sais qu’on doit tous en passer par là un jour ou l’autre.

Se lancer dans la vie. Profiter.

Avant que les choses ne changent.

Avant que le cœur ne cesse de battre.

Et nourrisse les vers.


IMG_20150620_073221Lettre à Line de Amélie Billon chez Alice.

Et puis, je suis montée dans ta chambre. Il ne reste plus grand-chose. Tes parents ont tout rangé dans un gros coffre. C’est là que j’ai découvert ton cahier. Je ne savais pas que tu y écrivais depuis tes treize ans. Une fois de plus, j’ai pleuré en te lisant. Tu avais écrit de magnifiques poèmes. J’ai aussi lu des choses horribles sur ton poids, sur ton apparence. Tu ne t’aimais pas, Line, et je n’ai pas été là pour te dire que tu étais belle. Si tu savais à quel point tu étais belle. Mais, de toute façon, ce n’était pas vraiment cela que tu cherchais. Je ne sais même pas si tu savais ce que tu cherchais.

IMG_20150621_090456Le rêveur qui ramassait des papiers bonbon de François David et Nathalie Novi chez La poule qui pond.

Je ne sais jamais quel jour on est.

Sommes-nous encore hier ?

Ou sommes-nous déjà demain ?

Oh ! Il reste bien aujourd’hui mais aujourd’hui c’est pas le nom d’un jour !

IMG_20150621_090531Les tout petits métiers, un livre de Yann Pendariès (pour les photographies), Mélanie Lemogne et Arno Cayotte (pour les textes), publié par les éditions Unicité.

Le gonfleur de citrouilles, Le décrocheur de lune ou le touilleur de café sont des tout petits métiers. Ce sont des métiers bien méconnus, des métiers souvent ignorés… tiens, connaissez-vous Le tourneur de pages ?

Captivé par cette histoire de madeleines, de pirates et de crimes en archipel, le lecteur ne peut se détourner du cours du récit pour redescendre sur terre et tourner la page. Un instant de pause, si minime soit-il, serait une déchirure, une suspension malheureuse dans l’intrigue. Le métier de tourneur de pages est la solution et c’est ma profession. Cousin littéraire du tourneur de partition, je m’applique au moment crucial à lire à vois haute les derniers mots de la page 33 en tirant fermement le coin de la page 34. Je tourne indifféremment les pages des manuscrits, des incunables, des romans policiers, des bandes dessinées. Je lis aussi bien le latin que l’Obélix. Mon dos préfère le papier bible. C’est dans mon contrat article 3. Je lis aussi les yeux des lecteurs et guette leurs premiers signes de fatigue. Quand le sommeil les gagne, je m’allonge doucement, me drape en papier et marque-page.

IMG_20150621_090650et enfin, il y a la Petite encyclopédie des introvertis de Coline Pierré trouvée sur le Monstrograph (atelier de sérigraphie de Martin Page et Coline Pierré).

Extrait imagé :

20150621_091930-1Ah, quelle formidable petite encyclopédie ! j’a-do-re !

Atelier photo – AmeGraphique #18 – médiocre

agUn atelier photographique,

AmeGraphique, a commencé il y a quelques semaines sur le blog du petit carré jaune.

Elle donne un mot et le jeudi, les participants publient une photo pour le représenter.

En résumé : une semaine, un mot, une photo. Et le mot de cette semaine est médiocre!

AmeGraphique #18 – médiocre

P105085931 mai 2015, entre Bruxelles et Lille. Dernier jour d’une semaine de vacances franco-belge. Il pleuvait et pleuvait encore, le ciel était gris. Bref, un temps médiocre et on avait hâte de rentrer dans le sud parce que le gris et la pluie, on n’aime pas ça du tout!

AmeGraphique #18 bis – (ça c’est mon truc : c’est une représentation du mot de la semaine dans un livre) – médiocre

Changer.
C’est ce qu’ils veulent tous.
Je suis mauvais, mauvais, mauvais, il faut que je devienne bon, bon, bon, ou au moins médiocre, médiocre, médiocre. Que j’arrête de poser des problèmes aux adultes. Que je cesse d’être dans leur ligne de vision, de mire, de tir. Que je bouge de là.
.
Extrait de Double-jeu de Jean-Philippe BLONDEL chez Actes Sud junior.

*Les farfelus* de Miguel Tanco chez Les fourmis rouges

IMG_20150611_230233

Les farfelus est un album tout doux – tout étonnant qui célèbre les sensibles, les originaux, ceux qui ne suivent pas le chemin tout tracé et ceux qui ouvrent les yeux. Vive les attentifs, V.I.V.E. les farfelus! Vive la vie un brin différente, vive les plaisirs minuscules comme celui de rassurer une plante ou d’embrasser un arbre…

Les dessins aux traits fins de l’auteur vont de paire avec la sensibilité du texte et du propos, Les farfelus est un bien bel album!

IMG_20150611_230324Les farfelus est signé Miguel Tanco et est publié par Les Fourmis rouges. A noter : l’album a une page Facebook!