*Sauveur & fils* de Marie-Aude Murail

1Sauveur Saint-Yves est veuf, papa de Lazare et exerce avec passion la profession de psychologue clinicien. Sauveur reçoit ses patients à domicile et Lazare, 8 ans, sait beaucoup de choses sur eux et la relation qu’ils entretiennent avec son père – mais ça, Sauveur ne le sait pas encore…

Lazare s’occupe beaucoup tout seul après l’école (et notamment en écoutant les consultations de son père) ; les journées de Sauveur sont bien remplies, les clients de tous âges défilent pour déposer leurs peines et Sauveur ne se rend pas encore compte que la personne chargée de garder son petit garçon est notoirement nocive et raciste – mais il l’apprendra bientôt.

Sauveur et Lazare sont très indépendants l’un de l’autre et on sent que quelque chose retient leur élan pour aller l’un vers l’autre. Dans ce roman, bien que les patients soient nombreux (et que chacune de leur histoire soit passionnante), Sauveur et Lazare vont se rapprocher ; ils vont apprendre à se confier l’un à l’autre. Sauveur va raconter un peu de leur passé commun et Lazare va oser confier ses peurs. J’ai terriblement aimé la relation père – fils dans ce roman. Elle a des défauts, Sauveur n’est pas un papa parfait, il y a des prises de conscience et des réveils tardifs mais tellement d’amour. Un amour et un attachement qui ne savent pas toujours quel chemin prendre, mais Sauveur et Lazare vont apprendre à dire plutôt que taire et à être ensemble.

Marie-Aude Murail aborde toujours naturellement et sans complexe 1000 choses ; ce qui fait nos vies et préoccupe nos quotidiens ; avec une verve, un allant et un humour qui lui sont propres. Ici, le racisme et le poids de la différence, la famille et l’amitié, la folie et la maladie sont tour à tour au cœur des chapitres de ce formidable texte qui se dévore. Quelle galerie de personnalités épatante dans ce roman! On en redemande des personnages comme ça… et bonne nouvelle, Marie-Aude Murail va continuer à les faire vivre dans une saison 2!

Pour finir… #1 : Sauveur & fils est un de mes gros coups de cœur du printemps, j’adore ce roman et c’est à dévorer dès 12-13 ans – et après, il n’y a pas de limites !

Pour finir… #2 : le roman est émaillé de pas mal de chouettes passages à relever, des petites phrases qui font tilt, en voici une :

(…) on ne sauve pas les gens d’eux-mêmes, Lazare. On peut les aimer, les accompagner, les encourager, les soutenir. Mais chacun se sauve soi-même, s’il le veut, s’il le peut. Tu peux aider les autres, Lazare.
Mais tu n’es pas tout-puissant. JE n’étais pas tout-puissant.

Ci-dessous, écoutez Marie-Aude Murail herself lire un extrait de son roman :

Sauveur et fils – saison 1 de Marie-Aude Murail est publié à l’école des loisirs, il paraît cette semaine en librairie (17 euros).

*Heu-reux* de Christian Voltz

20160408_075631-1Grobull, taureau-tyran craint et respecté, gros tas de muscles et de fureur, veut ab-so-lu-ment que son fils Jean-George soit heureux. Heu-reux.

Et cela passe pour lui par le mariage. D’amour bien entendu, avec une demoiselle. Il va en voir défiler le Jean-George, des demoiselles! Mais aucune, absolument au-cune, qu’elle soit vache, cochon, jument ou chèvre ; qu’elle soit riquiqui ou haut perchée, dodue ou chevelue, farfelue ou toute poilue ne convient à Jean-George. Grobull est désespéré, en colère, et laisse échapper : JE T’ORDONNE D’ÊTRE HEU-REUX !! Alors, choisis qui tu veux… qu’on en finisse, avant que je devienne chèvre!

Jean-George n’en revient pas… Il peut choisir.

Alors, ni une ni deux, Jean-George choisit celui auquel Grobull ne s’attend pas du tout…

20160408_075713 20160408_075819 20160408_075849A travers une ménagerie drôle et bigarrée, Christian Voltz fait prendre conscience des préjugés qui gouvernent la société et met à l’honneur le désir profond de chacun… le bonheur, ça ne se commande pas, n’est-ce pas?

J’adore Heu-reux, c’est un album drôle et joyeux, le défile des demoiselles est d’un comique :-). C’est aussi un album qui fait profondément réfléchir… BrAvO!

Heu-reux de Christian Voltz au Rouergue jeunesse (13,50 euros).

A Stockholm fin février 2016 #4 – (suite et fin du voyage)

On a aimé écouter la langue suédoise…

… et on aime les accents placés sur les lettres ; les å tout particulièrement mais aussi les ö et autres ä.

Minute culturelle sur le å :-) : dans les langues scandinaves, le å se prononce comme un ô. En danois, en norvégien et en suédois, la lettre å est également un mot qui signifie ruisseau ou rivière.

20160226_121252 20160226_121336 - copie.jpg 20160222_120755-002Mais on regrette de ne pas parler cette langue… Que c’est frustrant de ne pouvoir comprendre un traître mot du dernier album paru de Stian Hole (Morkels Alfabet chez Alfabeta), de cette série de romans – Tusen Tips (de Eva Susso et illustrée par Benjamin Chaud chez Bonnier Carlsen) ou encore de cet album – Världen På Linden (de Lotta Olsson et également illustré par Benjamin Chaud chez Rabén & Sjögren) qui n’existent pas ici!

Dans les librairies et bibliothèques, j’ai repéré de nombreuses références que j’aime traduites en suédois :-)

*Ivo & Vera* (*Poka & Mine - A la pêche* chez Pastel) de Kitty Crowther ♥

*Ivo & Vera* (*Poka & Mine – A la pêche* chez Pastel) de Kitty Crowther ♥

*Home* en anglais / *Chez nous* en français / *Hemma* en suédois. ♥ Carson Ellis ♥

*Home* en anglais / *Chez nous* en français / *Hemma* en suédois. ♥ Carson Ellis ♥

La version suédoise de *La belle et le fuseau* de Neil Gaiman (dispo en France chez Albin Michel jeunesse).

La version suédoise de *La belle et le fuseau* de Neil Gaiman (dispo en France chez Albin Michel jeunesse).

Les versions suédoises de *Le jour où j'ai échangé mon père contre deux poissons rouges* de Neil Gaiman et du *Bonhomme de neige* de Raymond Briggs.

Les versions suédoises de *Le jour où j’ai échangé mon père contre deux poissons rouges* de Neil Gaiman et du *Bonhomme de neige* de Raymond Briggs.

On aime Benjamin Chaud en Suède!

On aime Benjamin Chaud en Suède!

Xavier Deneux en suédois (ces albums sont disponibles chez Milan)!

Xavier Deneux en suédois (ces albums sont disponibles chez Milan)!

Des albums en suédois de Kitty Crowther

Des albums en suédois de Kitty Crowther

Ariol est traduit en suédois!

Ariol est traduit en suédois!

Ariol ♥♥♥

Ariol ♥♥♥

A l'étage enfant de la bibliothèque de la maison de la culture dans le centre de Stockholm, on doit enlever ses chaussures avant d'aller se délecter parmi les mots et les histoires. J'ai bien aimé ça.

A l’étage enfant de la bibliothèque de la maison de la culture dans le centre de Stockholm, on doit enlever ses chaussures avant d’aller se délecter parmi les mots et les histoires. J’ai bien aimé ça.

Des albums en suédois signés Mac Barnett - Jon Klassen (*Sam et Tom, l'incroyable aventure* chez Milan) / B.J. Novak (*Le livre sans images* à l'école des loisirs) / Beatrice Alemagna (*Le merveilleux dodu velu petit* chez Albin Michel Jeunesse).

Des albums en suédois signés Mac Barnett – Jon Klassen (*Sam et Tom, l’incroyable aventure* chez Milan) / B.J. Novak (*Le livre sans images* à l’école des loisirs) / Beatrice Alemagna (*Le merveilleux dodu velu petit* chez Albin Michel Jeunesse).

George de Chris Haughton est devenu Bruno en Suède!

George de Chris Haughton est devenu Bruno en Suède!

C'est l'album *Mon tout petit ours* (Milan) en français!

C’est l’album *Mon tout petit ours* (Milan) en français!

Benjamin Chaud (*Une chanson d'ours* chez Hélium) et Beatrice Alemagna (*Le merveilleux dodu velu petit* chez Albin Michel Jeunesse) étaient bien représentés à la librairie de Junibacken!

Benjamin Chaud (*Une chanson d’ours* chez Hélium) et Beatrice Alemagna (*Le merveilleux dodu velu petit* chez Albin Michel Jeunesse) étaient bien représentés à la librairie de Junibacken!

*Annas Himmel* - *Le ciel d'Anna* de Stian Hole chez Albin Michel Jeunesse

*Annas Himmel* – *Le ciel d’Anna* de Stian Hole chez Albin Michel Jeunesse

*Un livre* de Hervé Tullet (Bayard J.) en suédois.

*Un livre* de Hervé Tullet (Bayard J.) en suédois.

20160226_121336

*Mon grand-père devenu ours* en suédois. Cet album de Alex Cousseau et Nathalie Choux est disponible chez Sarbacane!

*Mon grand-père devenu ours* en suédois. Cet album de Alex Cousseau et Nathalie Choux est disponible chez Sarbacane!

Kitty Crowther (*Moi et rien* chez Pastel) - Shaun Tan (*Les lois de l'été* chez Gallimard jeunesse)

Kitty Crowther (*Moi et rien* chez Pastel) – Shaun Tan (*Les lois de l’été* chez Gallimard jeunesse)

David Walliams (*Diabolique dentiste* chez Albin Michel jeunesse) et Michael Morpurgo (*L'histoire d'Aman* chez Gallimard jeunesse) en suédois

David Walliams (*Diabolique dentiste* chez Albin Michel jeunesse) et Michael Morpurgo (*L’histoire d’Aman* chez Gallimard jeunesse) en suédois

*Gruffalon* - *Gruffalo* en français

*Gruffalon* – *Gruffalo* en français

J'aimerais drôlement voir cette série d'albums cartonnés de Eva Susso et Benjamin Chaud (chez Rabén & Sjögren) traduite en français!

J’aimerais drôlement voir cette série d’albums cartonnés de Eva Susso et Benjamin Chaud (chez Rabén & Sjögren) traduite en français!

C'est joli *Ivo & Vera*... ♥

C’est joli *Ivo & Vera*… ♥

Le voyage stockholmois se termine sur ces images… A bientôt!

 

A Stockholm fin février 2016 #3

On a bien mangé !

Retour sur quelques gourmandises 😉

Un semla – des semlor

Un *semla*...

Un *semla*…

Un *semla*... en coupe!

Un *semla*… en coupe!

Un *semla*... Des *semlor*!

Un *semla*… Des *semlor*!

Le semla est LA spécialité pâtissière suédoise du début de l’année – elle est consommée à Mardi gras. C’est une brioche à la cardamome avec à l’intérieur de la pâte d’amandes et de la crème fouettée. Et c’est très (très) bon!

– Les kanelbullar – ou brioches à la cannelle sont une pâtisserie incontournable dans le Nord de l’Europe et notamment en Suède.

Différentes sortes de *bulle* (petit pain en rond)

Différentes sortes de *bulle* (petit pain en rond)

Un kanelbullar ♥

Un kanelbullar particulièrement ♥

– On mange du poisson ; plein de crevettes, du saumon…

♥ Excellent saumon grillé ♥

♥ Excellent saumon grillé ♥

♥ Saumon ♥

♥ Saumon ♥

… et les sandwichs sont open (avec une seule tranche de pain).

Il s’agit du smörgås, un sandwich typiquement suédois.

Un *smörgås*

Un *smörgås*

Mon coup de cœur va au Räksmörgås eller räkmacka (tartine aux crevettes). Sur une tranche de pain beurré, on dispose de la laitue sur laquelle on place des crevettes – pas mal de crevettes!, concombres, tomates, un œuf dur avec mayonnaise, et citron.

LE *Räksmörgås eller räkmacka* (ou "tartine aux crevettes")

Un *Räksmörgås eller räkmacka*

– Au supermarché, le rayon des Wasa et assimilés est bien fourni ! Le knäckebröd (ou pains craquants) est en effet indissociable de l’alimentation suédoise, mais aussi scandinave.

*Knäckebröd*

*Knäckebröd*

Ici, ce paquet mesure presque 30 cm de diamètre et arbore un dessin du cheval de Dalécarlie. C’est une figurine en bois traditionnelle de la région de Dalécarlie en Suède. Cette figurine a la forme d’un cheval, elle est en général rouge et est un symbole de la Suède.

Au supermarché, il y a aussi pas mal de bonbons, plein de bonbons – les suédois en sont de grands consommateurs! Et de la nourriture entubée…

De la nourriture en tubes...

De la nourriture en tubes…

Je termine par une curiosité : la compote de pommes en boudin de plastique de 730g. C’est franchement pas facile à ouvrir :-) mais cette compote était excellente!

De l'Äppelmos (compote de pommes) en boudin de plastique :-)

De l’Äppelmos (compote de pommes) en boudin de plastique :-)

A Stockholm fin février 2016 #2

A Stockholm, on a été dans des musées!

Retour dans quelques fameux endroits…

Au Moderna Museet

Au *Moderna Museet*

Au *Moderna Museet*

Au Moderna Museet,

on est accueillis par des sculptures de Nikki de Saint-Phalle :

Nikki de Saint-Phalle, avant de pénétrer dans le *Moderna Museet*

Nikki de Saint-Phalle, avant de pénétrer dans le *Moderna Museet*

Au *Moderna Museet*

Au *Moderna Museet*, on déambule dans d’immenses salles bien agencées…

Skansen est le plus ancien musée en plein air du monde!

A l'école! *Skansen*

A l’école! *Skansen*

A Skansen, on se promène dans un immense parc qui compte 150 constructions provenant de toute la Suède.

Elles ont toutes été démontées puis remontées sur le site de Skansen. Cela donne un aperçu de la vie en Suède, du quotidien des fermiers, des écoliers, de la noblesse, les commerçants sont également représentés, il y a un bureau de poste, une boulangerie, etc.

*Skansen*

*Skansen*

*Skansen*

*Skansen*

*Seglora kyrka* (l'église de Seglora)

*Seglora kyrka* (l’église de Seglora)

*Skansen*

*Skansen*

*Skansen*

*Skansen*

Il y a un parc zoologique à Skansen qui représente la faune scandinave!

A Junibacken

Junibacken est la maison des contes de Stockholm…

♥ Junibacken ♥

♥ Junibacken ♥

Ouhhh, la belle balance! *Maja*, la petite fille en arrière-plan, est une des héroïnes de Lena Anderson

Ouhhh, la belle balance! *Maja*, la petite fille en arrière-plan, est une des héroïnes de Lena Anderson.

♥ Chez Pettson & Findus à Junibacken ♥

♥ Chez Pettson & Findus à Junibacken ♥

♥ La réplique de la Villa Villekulla de Fifi Brindacier à Junibacken ♥

♥ La réplique de la Villa Villekulla de Fifi Brindacier à Junibacken ♥

P1100721 P1100722

♥ La réplique de la maison de la famille Moomin à Junibacken ♥

♥ La réplique de la maison de la famille Moomin à Junibacken ♥

Moomin en spectacle! C'était une adaptation théatrale de l'album *L'histoire de Moumine, Mumla et Petite Mu - Que crois-tu qu'il arriva?* (de Tove Jansson, paru en France chez P'tit Glénat).

Moomin en spectacle! C’était une adaptation théatrale de l’album *L’histoire de Moumine, Mumla et Petite Mu – Que crois-tu qu’il arriva?* (de Tove Jansson, paru en France chez P’tit Glénat).

A Junibacken, on déambule parmi des décors grandeur nature représentant des incontournables de la littérature jeunesse suédoise ; on prend un petit train et on suit une histoire au script signé Astrid Lindgren ; on pénètre dans une réplique de la Villa Villekulla (la maison de Fifi Brindacier !) ; on voit un spectacle en suédois d’une aventure de Moomin (épatant! même si on n’a rien compris, les comédiens étaient formidables!)…

*Cirkus*, le restaurant de Junibacken

*Cirkus*, le restaurant de Junibacken

*Cirkus*, le restaurant de Junibacken

Mes achats ♥ ♥ ♥ à la librairie (qui n'est rien qu'un lieu de perdition) de Junibacken

Quelques achats ♥ ♥ ♥ à la librairie (qui n’est rien d’autre qu’un fabuleux lieu de perdition rempli de livres, de jouets et autres produits dérivés) de Junibacken

Junibacken est un endroit formidable!

Au Vasa Museet

Lors de sa première sortie en 1628, le Vasa (un navire de guerre) a coulé. Il a été renfloué 333 ans plus tard, en 1961. Le Vasa est maintenant un musée et on peut l’admirer!

Pas facile à photographier ce Vasa...

Pas facile à photographier ce Vasa…

Ce bateau est immense (69 mètres de longueur, presque 12 mètres de largeur et 52.5 mètres de hauteur).

La réplique du Vasa est au premier plan et le vrai Vasa est derrière!

La réplique du Vasa est au premier plan (à l’échelle 1/10) et le vrai Vasa est derrière!

…et on a vu de belles expos photos.

– A la Kulturhuset (maison de la culture), l’expo *In her own hands* de Vivian Maier.

20160227_151438-1

– Au musée Fotografiska (fameux musée de la photographie!), l’expo *Time and again* – des photos issues de la belle collection privée Walther sont exposées.

Exposition *Time and again* au musée Fotografiska

Exposition *Time and again* au musée Fotografiska

Richard Avedon, *The family*, 1976 - au musée Fotografiska

Richard Avedon, *The family*, 1976 – au musée Fotografiska

Au musée Fotografiska

Au musée Fotografiska

Karl Blossfeldt, *Art forms in nature*, 1928 - au musée Fotografiska

Karl Blossfeldt, *Art forms in nature*, 1928 – au musée Fotografiska

 – Partie 3 demain… –

A Stockholm fin février 2016 #1

*Fly to Stockholm*, le dessin est signé Ingela P Arrhenius

*Fly to Stockholm*, le dessin est signé Ingela P Arrhenius

IMG_20160221_090354 P1100887On a passé une belle semaine de vacances à Stockholm la fin du mois dernier!

P1100791

On prend le bleu sur *Strandvägen*

On prend le bleu sur *Strandvägen*

On a eu un peu froid et le matin avant de partir, on passait plusieurs minutes à bien s’emmitoufler – mais on a souvent profité du ciel bleu.

Depuis la terrasse du *Hermans Trädgårdscafé*

Depuis la terrasse du *Hermans Trädgårdscafé*

*Strandvägen* (ou la "route du Rivage") est une des belles avenues de Stockholm

*Strandvägen* (ou la « route du Rivage ») est une des belles avenues de Stockholm

Dans le quartier de Gamla Stan

Dans le quartier de Gamla Stan

Dans le quartier de Gamla Stan

Dans le quartier de Gamla Stan

Sur Skeppsholmsbron, le pont reliant le quartier de Norrmalm à celui de Skeppsholmen. Le pont est fameux pour la couronne d'or placée dessus et que l'on voit ici au premier plan.

Sur Skeppsholmsbron, le pont reliant le quartier de Norrmalm à celui de Skeppsholmen. Le pont est fameux pour la couronne d’or placée dessus et que l’on voit ici au premier plan.

Je me suis découvert une appétence certaine pour la photo en noir et blanc.

La station de métro *Kungsträdgarden*

La station de métro *Kungsträdgarden*

La station de métro *Stadion*

La station de métro *Stadion*

Les stations de métro stockholmoises valent le détour – il y a de vraies œuvres d’art!

Notre premier bon resto, le *Hermans Trädgårdscafé*

Notre premier bon resto, le *Hermans Trädgårdscafé*

Durant cette semaine, on a passé pas mal de temps dans les cafés et autres restos ; on a passé pas mal de temps dans les musées… on a pris le temps de vivre, de boire – du thé à volonté et plein d’eaux diversement aromatisées, on a pris le temps de manger, de parler, de lire… ahhh, c’était une belle semaine!

Les *fameuses* maisons colorées de la place Störtorget dans le quartier de Gamla Stan

Les *fameuses* maisons colorées de la place Störtorget dans le quartier de Gamla Stan

– to be continued… –

(AmeGraphique #25 – poésie)

agVoici la 2ème AmeGraphique de l’année 2016. Cet atelier photographique a commencé sur le blog du petit carré jaune. Un mot est choisi et les participants publient une photo pour le représenter.

En résumé : un mot, une photo.

Le mot de cette 25ème AmeGraphique est poésie!

AmeGraphique #25 – poésie

image

Extrait de *Alfabet* de Inger Christensen (paru chez Modernista).
À la bibliothèque de la maison de la culture de Stockholm, le 24 février 2016.

Poésie se dit poesi en suédois.
Voilà mon image de la poésie cette semaine (une semaine que je passe à Stockholm en vacances). C’est un texte en suédois, avec des ö, des ä et des å ; c’est un texte que je ne comprends pas mais qui n’en est pas moins de la poésie ☺.

AmeGraphique #25 bis – (ça c’est mon truc : c’est une représentation du mot retenu dans un livre)poésie – 1

« un ruban couleur du temps
une pincée de farine
trois boutons couleur de lune
une coquille d’œuf
des perles couleur du soleil
un souffle de levain
deux plumes de dindon
des poils d’âne
et un bout de cake d’amour »

P1080856Voici l’un des 42 textes *poétiques* qui habitent le sublime album *Dans les poches d’Alice, Pinocchio, Cendrillon et les autres… * (de Isabelle Simler, paru aux éditions Courtes et longues).

AmeGraphique #25 bis – poésie – 2

20160221_000826-002Mon recueil de *poésie* fétiche. *Petits poèmes pour passer le temps* de Carl Norac et Kitty Crowther chez Didier Jeunesse.

*Cui cui* de Marine Rivoal

P1100123L’étoile de mer considère, seule, les jeux des animaux au loin sur le rivage… ceux-ci jouent à s’imiter les uns les autres – mais ils ne sont pas forts en reconnaissance ;-). Les imitations se succèdent, rires et autres cris se font entendre tandis que l’étoile se sent de plus en plus exclue. Mais l’éléphant va changer l’ambiance et rendre l’étoile très présente dans les pupilles de chacun. C’est une étoile métamorphosée qui va s’élancer dans les airs…

Cui cui est un album tout bonnement brillant. Au sens propre et figuré !

Pour ses illustrations ultra-colorées pleines de peps et de vie, Marine Rivoal a utilisé la technique dite de bois perdu. On apprend plein de choses passionnantes sur celle-ci par ici.

P1100133Cui cui de Marine Rivoal est édité aux éditions du Rouergue jeunesse (13,50 euros).

*Aujourd’hui, Amos* de Anne Cortey et Janik Coat

P1100087Amos est un koala. Un koala particulier qui consigne ses pensées dans un carnet. Par exemple, aujourd’hui, il fait brumeux et il écrit :

Le brouillard a réveillé l’ennui. Il faudrait un balai pour le chasser.

Amos aime passer du temps avec son ami Hulo, il aime rêver aussi, il aime partager une omelette aux champignons… Amos a une âme de poète, c’est Hulo qui le lui fait remarquer. Et c’est vrai, Amos sait *regarder* autour de lui, il sait *voir* et profiter du temps qui passe même s’il fait gris. Amos sait profiter du moment qui est juste-là-maintenant et on devrait en prendre de la graine 😉

P1100090 P1100091 P1100092

Cette 4ème aventure mettant en scène Amos (il y a eu Amos et le pays noir puis Amos et les pissenlits et Amos et les gouttes de pluie) est parfaitement poétique, douce et singulière.

J’aime beaucoup la petite note en fin d’ouvrage, « Fait avec amour en pays de poésie. » ; j’aime aussi beaucoup l’illustration où l’on voit Hulo porter une cagoule. Une cagoule à rayures :-) ; j’aime le chat, le tablier et le carnet de Amos… J’aime aussi les pages de garde avec le superbe motif Amos :

P1100089J’aime Aujourd’hui, Amos!

Un album à conseiller – poétiquement – dès 3-4 ans!

Aujourd’hui, Amos de Anne Cortey et Janik Coat est paru chez Grasset jeunesse.

*Robin des graffs* de Muriel Zürcher

robin des graffsSam a coutume de penser que sa vie sera finie sitôt qu’il aura achevé de reproduire en graffs sur les murs de Paris les images du livre fétiche de son enfance (un bestiaire des années 1960). Il est pourtant à peine majeur… C’est sans compter sur sa rencontre avec Bonny. Cette dernière a 5 ans 3/4, un bagou choc, une innocence irrésistible et le puissant désir d’être aimée et adoptée.

Un jeune Black, taille de basketteur, carrure filiforme à la Giacometti, qui donnait la main à une enfant au blouson aussi coloré qu’un cupcake. Le buste du garçon se penchait vers la petite, pour éviter de trop tirer sur son bras, à moins que ce ne soit pour mieux l’écouter babiller ses histoires.

Sam freine des 4 fers quand il s’agit de se lier à un autre être humain mais sitôt Bonny rentrée dans sa vie, cela change. *Robin des graffs* est un roman d’une richesse humaine folle. C’est une réunion de cabossés de la vie qui vont mener leur barque un peu plus facilement qu’auparavant grâce à leur rencontre. *Robin des graffs* est un roman où l’on rit, où l’on s’émeut et qui fait réfléchir ; il donne envie de sourire, de lever le nez – et d’aller à la boulangerie aussi :-)

Quelques extraits :

– Si on était tombés, on est morts ? demanda-t-elle.

– T’as peur ?

– Tout le monde a peur de la mort, répondit-il.

– Alors, t’as peur ? insista l’enfant.

– Moi, j’ai peur de mourir avant d’avoir fini de vivre.

– Aimer, c’est risquer de souffrir. Mais vivre, c’est quoi? Tu peux me le dire ? C’est resté terré tout seul dans un appart avec boulot-pizza-dodo au menu en attendant que ça passe? Pour ne surtout jamais blesser personne. Pour ne jamais souffrir de perdre quelqu’un. c’est ça que tu veux?

– (…) Souffrir parce qu’on a aimé, ça veut dire qu’on a au moins des souvenirs, qu’on a un passé.

Est-ce que le bonheur c’est ce moment d’insouciance alors que le malheur n’a pas encore frappé?

Cette question qui lui traversait l’esprit n’appelait pas de réponse. La vie, ça ne prévient pas.

Robin des graffs est un (excellent) roman signé Muriel Zürcher et il est paru chez Thierry Magnier.